Les bombardiers supersoniques US B-1B Lancer de nouveau dotés de charges nucléaires

0
Un  bombardier à long rayon d'action B-1B Lancer au dessus du Pacifique (Staff Sgt. Bennie J. Davis III/US Air Force)
Un bombardier à long rayon d’action B-1B Lancer au dessus du Pacifique (Staff Sgt. Bennie J. Davis III/US Air Force)

Les bombardiers supersoniques B-1B Lancer, symbole de la dissuasion nucléaire aéroportée américaine durant la «guerre froide» et utilisés aujourd’hui dans la guerre contre le groupe armé État islamique, porteront bientôt de nouveau des charges nucléaires.

La Secrétaire à la US Air Force et le chef d’état-major de la Force aérienne ont en effet ordonné le «réalignement» des flottes de bombardiers B-1 de l’Air Force et du programme de chasseurs-bombardiers à long-rayon (Long Range Strike-Bomber program) qui étaient sous le commandement du Air Combat Command (ACC) et passeront d’ici le 1er octobre prochain sous la responsabilité du Air Force Global Strike Command (AFGSC).

Le Rockwell B-1 Lancer est un bombardier à long rayon d’action et à géométrie variable développé par les États-Unis dans les années 1970.

Il peut être armé de bombes, de missiles air-sol et air-mer, ainsi que des mines maritimes.

Soixante-trois avions et environ 7.000 personnes seront ainsi transférés du ACC au Air Force Global Strike Command.

«Ce ‘réalignement’ permettra de regrouper sous un commandement unique les trois types de bombardiers stratégiques déjà existants et un appareil en cours de création dans le cadre du programme LRS-B (Long Range Strike-B)», a expliqué la Secrétaire à l’US Air Force Deborah Lee Jones.

Les bombardiers B-1B ont été conçus dans les années 1970 et placés sous le commandement du Strategic Air Command.

Le Strategic Air Command (SAC) de l’US Air Force, dissuasion nucléaire aéroportée américaine durant la «guerre froide», avait été dissous en 1992, suite à la chute du Pacte de Varsovie.

Après leur retrait de l’aviation stratégique américaine en 1992, les B1B-Lancer ont été utilisés pour soutenir les troupes terrestres lors des opérations dans les Balkans, en Irak et en Afghanistan et ont ainsi, selon les mots de la Secrétaire à la US Air Force, continué à «jouer un rôle essentiel dans la lutte contre les ennemis de la nation, soit projeter la puissance de combat à partir de bases aux États-Unis ou d’emplacements avancés d’opérations dans le monde entier».

L’Air Force Global Strike Command regroupera désormais l’ensemble des forces de frappes à longue portée de l’USAF, qu’elles soient conventionnelles ou nucléaires.

La 7th Bomb Wing de la base aérienne de Dyess, au Texas, et la 28th Bomb Wing de la base aérienne d’Ellsworth, au Dakota du Sud, continueront à héberger des flottes de B-1 Lancer.

«Nous prévoyons que le transfert soit ‘imperceptible’ pour la majorité des aviateurs à Dyess et Ellsworth comme ils continueront à travailler pour les mêmes superviseurs et les mêmes unités», a déclaré pour sa part le lieutenant-général Stephen Wilson, commandant du Global Strike Command qui a récemment été nommé au poste de le vice commandant du Commandement stratégique américain.

«L’impact de ce ‘réalignement’deviendra perceptible au fil du temps alors que les échanges entre les responsables et les aviateurs des trois plates-formes [des forces de frappes à longue portée des États-Unis, ndlr], créeront des opportunités dans la formation, le développement des tactiques, l’élaboration de la doctrine, et la la modernisation de l’avion», a expliqué le général trois étoiles Wilson.

Avec la consolidation de la mission de frappe globale américaine sous le commandement du Air Force Global Strike Command, son futur commandant, le général trois étoiles Robin Rand, actuellement commandant du Air Education and Training Command, sera quant à lui élevé au rang de général 4 étoiles.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.