Le Canada remet le commandement de la CTF-150 à la France (PHOTOS/VIDÉO)

0

Après avoir reçu le commandement de la Force opérationnelle multinationale 150 (CTF-150) début décembre 2014, le commodore Brian Santarpia vient de remettre à son tour le commandement aujourd’hui.

Lors d’une cérémonie de changement de commandement de la Force opérationnelle multinationale 150, le commodore Brian Santarpia de la Marine royale canadienne, a remis le commandement au capitaine de vaisseau René-Jean Crignola, de la Marine nationale française, sous la présidence du cice-amiral John Miller, de l’US Navy, commandant du US Naval Forces Central Command, US 5th Fleet et Combined Maritime Forces (centre). La cérémonie s’est déroulée à bord du navire français BCR Var, à Manama, au Bahreïn.

Le Canada a déployé des frégates pour opérer en collaboration avec la CTF-150 depuis le début de l’Opération ALTAIR, en 2004 ainsi qu’avec le prédécesseur de la CTF-150, la Force opérationnelle 150, depuis 2001, dans le cadre de l’Opération APOLLO. C’est désormais dans le cadre de l’Opération ARTEMIS que les navires se déploient régulièrement.

Pour la deuxième fois au cours de la dernière décennie, le Canada a donc pris les commandes de la Force opérationnelle multinationale 150 de décembre 2014 à avril 2015.

Une force opérationnelle a ainsi été déployée durant ce temps pour mener la CTF-150. Cette force opérationnelle incluait 24 membres des Forces armées canadiennes et employés civils du ministère de la Défense nationale, avec le commodore Santarpia à leur tête. Mais il y avait également sept Australiens de plus.

«C’est un grand succès selon moi d’avoir eu les Australiens et on veut faire la même chose l’année prochaine. On est en train de planifier pour une deuxième mission, mais avec l’Australie aux commandes et le soutien de plusieurs officiers canadiens» Commodore Brian Santarpia

«Comme commandant de la force 150, je suis responsable d’organiser toutes les ressources mis à ma disposition par les Forces maritimes combinées, les navires et les avions, et quant un navire ou un avion arrive je dois m’assurer de le mettre au meilleur endroit possible afin qu’il mène des opérations contre les drogues ou les armes», nous avait expliqué le commodore lors d’une précédente interview.

Le commodore Brian Santarpia. (Nicolas Laffont/45eNord.ca)

«Au début, ce n’était pas clair si nous aurions beaucoup de navires, mais on a contrôlé environ deux et quatre navires pas jour et en janvier-février il y avait 6-7 navires par jour», a indiqué le commodore.

«Quand on a visité le Kenya on a compris que la situation était vraiment complexe. Les Nations Unies ont fait un effort pour lutter contre le charbon de bois (qui sert au financement du groupe terroriste Al-Chabab, ndlr) et on a utilisé notre équipe ici pour mettre en oeuvre un plan et désormais CMF (Combined Maritime Forces) a un plan pour utiliser tous les navires de CMF et des autres alliés. C’est encore complexe, mais on a eu notre premier succès récemment, avec la saisie d’un navire rempli de charbon.»

En octobre dernier, le Conseil de Sécurité des Nations Unies a réitéré l’interdiction d’importer et d’exporter du charbon de bois somalien.

L’équipe canadienne s’apprête à rentrer au Canada dans les prochains jours, et après une période de repos, le commodore Santarpia prendra la direction du Quartier général de la Défense nationale où il occupera désormais le poste de chef d’état-major auprès du vice-chef d’état-major.

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT #OpLENTUS

Les commentaires sont fermés.