L’UE appelle les FARC à s’engager pour la paix «par des actes»

0
L'écusson d'un Farc près de Montealagre, en Colombie (Archives/Luis Robayo/AFP)
L’écusson d’un Farc près de Montealagre, en Colombie (Archives/Luis Robayo/AFP)

L’Union européenne a condamné jeudi l’attaque attribuée à la guérilla marxiste des FARC en Colombie dans laquelle onze militaires sont morts, réclamant des rebelles « un engagement pour la paix par des actes autant que des mots ».

Cette attaque, l’une des plus meurtrières depuis le lancement des négociations de paix il y a plus de deux ans, s’est produite dans la nuit de mardi à mercredi dans la région du Cauca, un des fiefs des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc). Elle a fait onze morts parmi les militaires et une vingtaine de blessés.

Elle constitue « un grave obstacle sur le chemin d’une réconciliation plus que nécessaire. Le conflit a déjà coûté trop de vies et causé des souffrances inouïes au peuple colombien », a estimé une porte-parole du service diplomatique de l’UE.

« La dynamique (…) de ces derniers mois ne devrait pas retomber. L’UE réitère son appel aux FARC à renoncer à la violence et à montrer clairement leur engagement pour la paix, par des actes autant que des mots », a ajouté la porte-parole dans un communiqué.

L’UE « encourage les deux parties à redoubler d’efforts pour surmonter leurs différends », a-t-elle poursuivi.

Engagées depuis novembre 2012 dans des pourparlers de paix, délocalisés à Cuba, les FARC, principale guérilla colombienne avec près de 8.000 combattants, ont décrété une trêve illimitée en décembre dernier, tout en se réservant le droit de répliquer aux offensives de l’armée.

L’attaque contre la patrouille, dont la rébellion a rejeté la responsabilité sur le gouvernement, a conduit le président Juan Manuel Santos, opposé à tout armistice avant un accord de paix définitif, à ordonner la reprise des bombardements contre la rébellion, qui avaient été suspendus depuis plus d’un mois.

Le conflit interne colombien, le plus ancien d’Amérique latine, a fait en plus d’un demi-siècle quelque 220.00 morts et plus de 5 millions de déplacés, selon des chiffres officiels.

Au moins un guérillero a également été tué lors de cette attaque, selon les autorités.

Les commentaires sont fermés.