Mistral: la France négocie avec la Russie pour trouver une solution de sortie de crise (VIDÉO)

0

La France et la Russie sont en train de négocier pour trouver une solution au contentieux entre les deux pays sur la livraison à Moscou de deux navires Mistral, que Paris a suspendue en raison du conflit ukrainien, a affirmé dimanche le président français François Hollande.

C’est encore l’objet de discussions. Nous sommes en train de négocier pour trouver une solution de sortie de crise, a déclaré M. Hollande sur la télévision française Canal+, à quelques jours d’une rencontre programmée avec son homologue russe Vladimir Poutine.

Le chef de l’Etat français doit parler vendredi à Erevan avec son homologue russe de la situation en Ukraine, en marge des commémorations du centenaire du génocide arménien.

On verra si on en discute vendredi, a précisé François Hollande en évoquant les Mistral, sans s’avancer sur l’évolution du dossier, qui empoisonne depuis près de six mois les relations entre Paris et Moscou.

La France a suspendu fin novembre jusqu’à nouvel ordre la livraison du premier des deux navires qui devait être livré à la Russie, en raison du rôle de Moscou dans le conflit en Ukraine.

Paris a répété depuis lors que les conditions de cette livraison n’étaient toujours pas réunies et Moscou a menacé à plusieurs reprises de lancer des procédures devant des cours d’arbitrage international.

Tout en jugeant cette suspension sans importance, le président Poutine a déclaré jeudi partir du principe que les Français rendront l’argent, en cas de non livraison définitive. Il faut que les pertes que nous avons subies soient remboursées, a-t-il dit.

Peu avant, le patron de la société publique de ventes d’armes russe Rosobronexport, Anatoli Issaïkine, avait évoqué un délai contractuel donnant environ deux mois à Paris et Moscou pour chercher un compromis sans saisir les tribunaux.

Selon l’hebdomadaire français Paris Match, M. Issaïkine a remis à un émissaire de la présidence française début avril à Moscou une liste de frais à rembourser par Paris en cas de non-livraison des Mistral, dont le montant total dépasse le milliard d’euros.

La vente à la Russie des deux Mistral avait été conclue en 2011 durant le mandat de l’ancien président français Nicolas Sarkozy, dans le cadre d’un contrat évalué à environ 1,2 milliard d’euros.

Le Vladivostok, premier des deux navires construits sur les chantiers navals français de Saint-Nazaire (ouest), devait initialement être livré à Moscou en novembre 2014.

Le second, le Sébastopol – nom du port abritant la flotte russe en Crimée, la péninsule ukrainienne annexée il y a un an par la Russie -, a effectué en mars ses premiers essais en mer. Sa livraison est prévue à l’automne prochain.

Les Mistral, deux bâtiments de projection et de commandement (BPC) sont des navires de guerre polyvalents pouvant transporter des hélicoptères, des chars ou accueillir un état-major embarqué.

Les commentaires sont fermés.