Moscou se déclare déçu par l’opération de la coalition et appelle à cessez les violences au yémen

1
Le ministre russe des Affaires étrangères Sergeuï Lavrov au «Global University Summit» à Moscou le 24 avril 2014 (Archives/ministère russe des Affaires étrangères)
Le ministre russe des Affaires étrangères Sergeuï Lavrov au «Global University Summit» à Moscou le 24 avril 2014 (Archives/ministère russe des Affaires étrangères)

La Russie s’est déclarée lundi déçue par l’opération militaire menée par la coalition arabe contre les rebelles houthis au Yémen sans mandat de l’ONU, et a appelé les parties prenantes du conflit à cesser les violences et négocier.

Nous avons bien sûr été un peu déçus, poliment dit, par le fait que cette opération ait été commencée sans consultations du Conseil de sécurité de l’ONU, a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, dans une interview à l’agence de presse Rossia Segodnia.

Cette opération menée depuis fin mars par une dizaine de pays, avec l’Arabie saoudite à sa tête, n’a actuellement aucun fondement légal au niveau international, a-t-il souligné.

M. Lavrov a appelé toutes les parties prenantes du conflit au Yémen à cesser les violences, qui ont fait plus de 110 morts ces dernières 24 heures, et à revenir sur le chemin d’un règlement pacifique.

Les Houthis doivent mettre fin à leur opération dans le sud du Yémen (…) Et ce cessez-le-feu doit être sans conditions. La coalition doit cesser ses frappes aériennes, a-t-il insisté.

Toutes les parties (du conflit) au Yémen doivent se mettre à la table de négociations. Ce n’est pas au-delà de nos capacités, a souligné le ministre russe.

Plus tard dans la journée, M. Lavrov s’est entretenu par téléphone avec son homologue saoudien, le prince Saoud Al-Fayçal, pour évoquer la situation au Yémen, a indiqué la diplomatie russe dans un communiqué.

Lors de cet entretien, qui a eu lieu à l’initiative saoudienne, Sergueï Lavrov a mis l’accent sur la tâche d’aboutir à un cessez-le-feu dans ce pays le plus vite possible (…), ainsi que sur la nécessité de renouer le dialogue national sous l’égide de l’ONU, précise le communiqué.

Les deux ministres ont également discuté de la coopération entre Moscou et Ryad dans l’évacuation des citoyens russes du Yémen, selon la même source.

La Russie avait déjà réclamé samedi devant le Conseil de sécurité de l’ONU une pause dans la campagne de frappes aériennes de la coalition arabe, face à une situation humanitaire qui ne cesse d’empirer.

La coalition menée par l’Arabie saoudite a entrepris le 26 mars des raids contre des rebelles chiites, soutenus par l’Iran, qui ont pris le contrôle de larges portions du territoire yéménite.

Au douzième jour de cette opération, les combats se sont concentrés dans le sud où au moins 114 personnes ont été tuées, dont 53 à Aden, deuxième ville du Yémen, selon un bilan obtenu de différentes sources.

A Ryad, le conseil des ministres, présidé par le roi Salmane, a toutefois répété lundi que le royaume saoudien n’était pas un va-t-en-guerre et que sa campagne au Yémen visait à secourir un pays voisin et l’autorité légitime.

DiscussionUn commentaire

  1. Jean-Yves Bernard

    Retirez vos homme d’Ukraine et arrêtez de leur fournir des armes, alors vous pourrez faire la leçon aux autres bande d’hypocrite!