Omar Khadr libéré sous caution, le gouvernement ira en appel

0
Emprisonné pendant des années en prévention à Guantanamo, Omar Khadr a finalement plaidé coupable notamment de meurtre, en 2010, en vertu d'une entente qui lui permettait de purger encore huit ans de prison dans un pénitencier canadien. (Bowden Institution)
Emprisonné pendant des années en prévention à Guantanamo, Omar Khadr a plaidé coupable notamment de meurtre, en 2010, en vertu d’une entente qui lui permettait de purger encore huit ans de prison dans un pénitencier canadien. (Bowden Institution)

Une juge de l’Alberta a choisi de libérer Omar Khadr sous caution, dans l’attente de l’appel de sa condamnation pour crimes de guerre, aux États-Unis.

Le jeune homme de 28 ans originaire de Toronto est actuellement incarcéré à Innisfail, en Alberta.

Il purge une peine de huit ans de prison que lui a imposée une commission militaire américaine, en 2010 après avoir a reconnu sa culpabilité pour le meurtre d’un infirmier américain en 2002 lors de combats en Afghanistan. Il avait quinze ans à l’époque.

La juge June Ross de la Cour du banc de la Reine de l’Alberta a décidé de libérer Khadr sous caution dans une décision rendue vendredi matin et a déclaré que les parties se rencontreront le 5 mai pour décider des conditions de sa libération.

«Même si le demandeur a plaidé coupable à des infractions graves, il devrait être mis en liberté provisoire par voie judiciaire parce qu’il a une base solide pour un appel et que le risque pour le public est tel qu’il n’est pas dans l’intérêt public» qu’il reste en détention, le juge a statué.

Depuis fin mars, la juge Ross réfléchissait à sa décision suite à deux jours d’audiences.

Dans sa demande de libération sous caution, Khadr a indiqué qu’il ira vivre dans la maison de son avocat d’Edmonton Dennis Edney et suivra des cours à la Kings’s University lors de la libération.

Le gouvernement fédéral avait précédemment déclaré que la juge Ross n’avait pas l’autorité pour entendre la demande de libération sans précédent d’un individu condamné à l’étranger avant d’être renvoyé au Canada.

Le gouvernement a également dit que Mme Ross devait tenir compte du fait que Khadr avait plaidé coupable à de graves accusations — dont celle de meurtre en violation avec le droit international humanitaire.

Dans un courriel envoyé à 45eNord.ca le ministre de la Sécurité publique Steven Blaney s’est dit «déçu» et ira «porter cette décision en appel».

«Omar Ahmed Khadr a plaidé coupable à des crimes odieux, y compris l’assassinat du sergent infirmier de l’armée américaine, Christopher Speer.
Nous nous sommes vigoureusement opposés à toutes tentatives de réduction de sa peine pour ses crimes».

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT #OpLENTUS

Les commentaires sont fermés.