Quatre combattants tués à la frontière syrienne par l’armée israélienne

Des soldats israéliens non loin de la ligne de séparation entre la partie syrienne du Golan et la partie occupée par Israël, le 18 janvier 2015 (Jalaa Marey/AFP)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Des soldats israéliens non loin de la ligne de séparation entre la partie syrienne du Golan et la partie occupée par Israël, le 18 janvier 2015 (Jalaa Marey/AFP)
Des soldats israéliens non loin de la ligne de séparation entre la partie syrienne du Golan et la partie occupée par Israël, le 18 janvier 2015 (Jalaa Marey/AFP)

Quatre hommes armés ont été tués dimanche soir à la frontière syrienne par des tirs de l’armée israélienne, selon une source sécuritaire.

Les quatre hommes tentaient de déposer des explosifs près de Majdal Shams, dans la partie du plateau du Golan, occupé par Israël, quand ils ont été repérés par des soldats israéliens puis tués, selon cette source.

L’armée a neutralisé dimanche soir un groupe de terroristes tentant de déposer des explosifs à la frontière syrienne contre des soldats. Tsahal ne permettra pas que la souveraineté d’Israël soit remise en question, a affirmé un communiqué de l’armée israélienne.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a réagi dans un communiqué saluant la vigilance des soldats israéliens.

Toute tentative d’attaquer des soldats ou des civils israéliens sera accueillie par une réaction déterminée comme dans cette opération qui a évité un attentat, affirme le communiqué du bureau du Premier ministre.

La partie du Golan occupée par Israël est régulièrement frappée par des projectiles venus du côté syrien, où les combats font rage entre l’armée syrienne d’un côté et de l’autre les rebelles et des jihadistes. Il n’apparaît pas toujours clairement si les tirs sont intentionnels ou non.

Israël a annexé en 1981 la partie du Golan qu’il occupait depuis 1967. Cette annexion n’est pas reconnue par la communauté internationale.

Israël et la Syrie restent officiellement en état de guerre, mais la ligne de cessez-le-feu était considérée comme relativement calme avant l’éclatement de la guerre en Syrie il y a quatre ans.