L’Inde commande 36 Rafale à la France

Les négociations restent délicates entre le groupe français Dassault et le gouvernement indien (Photo: Archives/Dassault Aviation)
Temps de lecture estimé : 3 minutes

Le Premier ministre indien, Narendra Modi, a annoncé vendredi lors d’une visite officielle à Paris que son pays allait acheter 36 avions de combat Rafale à la France.

« J’ai demandé au président (François) Hollande de nous fournir 36 Rafale, clé en main », a-t-il déclaré lors d’un point de presse avec le chef de l’Etat français.

« Les termes et conditions doivent (maintenant) être négociés et nos services vont discuter de ces questions en profondeur afin de faire avancer les négociations », a-t-il ajouté.

Le contrat pourrait s’élever à près de 4 milliards € (5,33 milliards $ CA), le prix d’un Rafale à l’export étant estimé à 110 millions € (146,77 millions $ CA), sans les armements.

Le gouvernement indien souhaite acquérir « dès que possible » ces 36 Rafale en raison d’un « besoin opérationnel crucial » des forces aériennes indiennes, a-t-il souligné dans une déclaration commune franco-indienne.

Outre cette commande « sur étagère », d’appareils fabriqués en France, Paris et New Delhi se sont « engagés » à poursuivre leurs négociations pour la construction d’appareils en Inde, dans le cadre d’un transfert de technologie, a-t-on précisé au ministère français de la Défense.

Depuis 2012, la France négocie la vente de 126 Rafale à l’Inde, dont 108 seraient fabriqués sur des chaînes de montage indiennes.

Ce contrat butait toutefois sur le coût total des appareils, plus élevé que prévu en raison de la nécessité de constituer une chaîne d’assemblage et de sous-traitants en Inde ainsi que de former des équipes sur place.

Le nombre d’appareils en négociation dans le cadre de ce contrat va « probablement évoluer » après l’annonce d’un achat d’avions clé en main, selon le ministère de la défense.

M. Modi, arrivé au pouvoir en 2014, a voulu sortir de cette impasse en commandant directement des appareils en France afin de moderniser au plus vite l’armée de l’air indienne (IAF), équipée en partie d’antiques Mig-21 et 27 russes.

Sur fond de relations tendues avec le Pakistan et la Chine, l’Inde, l’un des plus gros importateurs d’armes au monde, s’est lancée dans un vaste programme de modernisation de sa défense – avions, bâtiments de surface, sous-marins, missiles – d’un coût total de 100 milliards $ US.

Le communiqué de Dassault

L’Inde annonce son intention d’acquérir rapidement 36 Rafale

Paris, le 10 avril 2015 – Dassault Aviation, qui fournit les Forces aériennes indiennes depuis plus de soixante ans, est honoré de la confiance réitérée du Gouvernement indien et se félicite de son intention de finaliser une acquisition de 36 Rafale à des conditions qui permettront de satisfaire rapidement les besoins de sécurité de l’Inde.

Dassault Aviation remercie les Autorités indiennes de lui donner l’opportunité de poursuivre et de renforcer leur collaboration, et rappelle sa fierté de contribuer à la défense et à la souveraineté de l’Inde.

«Au moment où nous livrons les premiers Mirage 2000 rétrofités, je me réjouis de la décision des Autorités indiennes qui donne un nouvel élan à notre partenariat pour les prochaines décennies et qui s’inscrit dans la relation stratégique unissant la France et l’Inde », a déclaré Eric Trappier, Président-Directeur général de Dassault Aviation.

Plusieurs accords signés

Avec plus de 8 000 avions militaires et civils livrés dans plus de 90 pays depuis 60 ans et représentant plus de 28 millions d’heures de vol, Dassault Aviation dispose d’un savoir-faire et d’une expérience reconnus dans la conception, le développement, la vente et le support de tous les types d’avion, depuis l’appareil de combat Rafale jusqu’à la famille de business jets haut de gamme Falcon en passant par les drones militaires, ajoute aussi le communiqué d’aujourd’hui de Dassault Aviation, qui souligne également qu’en 2014 le chiffre d’affaires de l’entreprise, qui compte près de 11 600 collaborateurs, s’est élevé à 3,68 milliards € (4,90 milliards $ CA).

Après l’Égypte en février de cette année et l’Inde, maintenant, trois autres acquéreurs potentiels au moins sont sur les rangs : le Qatar – avec lequel des discussions se poursuivent pour 36 appareils – les Émirats arabes unis, pour le remplacement à terme de 60 Mirage 2000-9, et la Malaisie qui doit encore lancer un appel d’offres pour l’acquisition de 16 appareils.

Deux accords, portant notamment sur des études techniques, ont également été signés entre le groupe nucléaire français Areva et des groupes indiens, dans le cadre du projet de construction d’un réacteur nucléaire EPR en Inde, alors que la France espérait progresser sur la vente de six réacteurs EPR au total.

D’autres accords ont été signés dans le domaines des transports, de l’éducation, du tourisme et de l’aérospatiale.

Saluant un partenariat stratégique entre les deux pays qui a atteint « son plus haut niveau », M. Hollande a aussi apporté son soutien à M. Modi après la libération par le Pakistan de Zakiur Rehman Lakhvidu, cerveau présumé des attentats de Bombay, qui avaient fait 166 morts en 2008.

*Avec AFP


Dassault Rafale Presentation (SIRPA AIR)