Syrie: assaut d’Al-Qaïda et des rebelles sur une ville clé du régime dans le nord-ouest

0
Un nuage de fumée s'échappe de la ville d'Idleb en Syrie, le 26 mars 2015 (Karam al-Masri/AFP)
Un nuage de fumée s’échappe de la ville d’Idleb en Syrie, le 26 mars 2015 (Karam al-Masri/AFP)

La branche syrienne d’Al-Qaïda et des groupes rebelles islamistes avançaient vendredi vers la ville de Jisr al-Choughour, l’un des derniers bastions du régime de Bachar al-Assad dans la province d’Idleb (nord-ouest), selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Les combats ont fait au moins 73 morts des deux bords entre jeudi et vendredi, selon un nouveau bilan de l’OSDH.

Jisr al-Choughour est stratégique car elle très proche de la frontière avec la Turquie, qui soutient la rébellion anti-Assad, et surtout, elle mène à la province de Lattaquié, fief d’Assad.

La coalition menant l’attaque depuis jeudi, qui se fait appeler l’Armée de la conquête, est la même qui a pris fin mars la grande ville d’Idleb, la deuxième capitale provinciale que perdait le régime en quatre ans de conflit.

Le Front Al-Nosra, branche d’Al-Qaïda en Syrie, a lancé l’assaut en envoyant au moins 15 kamikazes ceinturés d’explosifs dans Jisr al-Choughour et a commis une série d’attentats suicide autour de la ville, selon Rami Abdel Rahmane, directeur de l’OSDH.

Sur ses comptes Twitter et Facebook, Al-Nosra a posté des photos d’explosifs et de bâtiments détruits, affirmant que cela allait purifier Jisr al-Choughour de l’armée d’Assad.

Entre jeudi et vendredi, le Front Al-Nosra et les groupes rebelles, dont notamment l’influent Ahrar al-Cham, ont pris au moins quatre barrages autour de la ville et les combats se poursuivent autour de trois autres positions.

De violents accrochages ont lieu depuis l’aube et le régime a mené 34 raids aérien dans la zone depuis vendredi matin, a précisé à l’AFP Rami Abdel Rahmane, le directeur de l’OSDH.

Il a précisé que le nombre de rebelles et jihadistes tués s’était élevé à 43 combattants, dont 13 Tchétchènes.

Si la ville tombe, les rebelles pourraient lancer une offensive contre Lattaquié, ce qui serait très dangereux pour le régime, selon Charles Lister, chercheur associé au Brooking Doha Center.

Jisr al-Choughour est devenue de facto la capitale provinciale du régime après la prise d’Idleb le 28 mars.

Dans la région d’Idleb, le régime syrien contrôle encore la petite ville d’Ariha, à l’est de la ville, la base militaire d’al-Mastouma, au sud, l’aéroport militaraire d’Abou Douhour, plus à l’est et quelques localités comme les villages chiites de Kefraya et Foua.

Avion abattu

Dans le sud du pays, le groupe extrémiste Etat islamique a abattu un avion du régime selon l’OSDH, des sympathisants jihadistes annonçant sur Twitter la capture d’un pilote.

De son côté, la télévision d’Etat syrienne a rapporté la chute d’un avion militaire lors d’une mission d’entraînement près du village de Khalkhala dans la province de Soueida, en raison d’une faille technique. Selon elle, les recherches se poursuivaient pour retrouver le pilote.

L’EI est parvenu à faire tomber un avion militaire à l’est de l’aéroport de Khalkhala (…) et le sort de ceux qui étaient à bord reste inconnu, d’après l’OSDH.

Le 11 avril, l’EI avait étendu pour la première fois ses opérations jusqu’au sud de Damas, en attaquant Khalkhala, le seul aéroport militaire dans la province de Soueida, jusque-là largement épargnée par le conflit qui ravage la Syrie depuis quatre ans.

Des comptes Twitter pro-EI ont annoncé quand à eux la capture du pilote.

L’aéroport est situé près de l’autoroute reliant la ville de Soueida, aux mains de l’armée, à Damas, selon l’OSDH.

Ce n’est pas la première fois que l’EI capture un avion militaire en Syrie. Le 3 février, ce groupe a diffusé une vidéo qui a choqué le monde entier, montrant un pilote jordanien, Maaz al-Kassasbeh, brûlé vif après avoir été pris en otage à la suite du crash de son F-16 en Syrie.

Les commentaires sont fermés.