Un nouveau drone canadien de détection sous-marine en phase de test

0
Le TD-100 de Brican. (Brican Flight Systems Inc.)
Le TD-100 de Brican. (Brican Flight Systems Inc.)

Les chercheurs de la Défense Nationale sont en train d’élaborer et de tester un nouveau drone sans pilote entièrement canadien qui serait capable de détecter les navires et les sous-marins en haute mer.

Le prototype du drone Brican TD100 présente de nombreux avantages susceptibles de le rendre attractif pour les forces de la marine canadienne avec une envergure ne dépassant pas 5 mètres pour une autonomie pouvant aller jusqu’à 1000 kilomètres selon les charges dont il est équipé.

La société Brican à l’origine du projet compte également sur le fait que leur drone puisse transporter une charge utile allant jusqu’à 9,1 kg  c’est-à-dire beaucoup plus que le Boeing ScanEagle actuellement utilisé par la marine canadienne.

Par ailleurs le Brican TD100 offre la possibilité d’être lancé depuis la terre, sur l’eau via une installation gonflable voir même depuis l’arrière d’un pick-up envisage Brian McLuckie, président de l’entreprise Brican: «L’idée m’est venue d’un lanceur présent dans les films de James Bond» explique t-il.

Initialement, l’appareil était utilisé pour photographier les espèces menacées à Goose Bay à Terre-Neuve-et-Labrador quand son potentiel a attiré l’attention des militaires.

Les premiers tests de cet aéronef sans pilote auront lieu cet été au Bourget en Ontario une fois que les chercheurs du conseil national de recherche auront réglé et étalonné les capteurs dont sera équipé le futur drone.

Lors de ces tests, le prototype de drone canadien sera avant tout évalué pour sa capacité à détecter des sous-marins ou d’autres objets métalliques tels des mines qui se situeraient sous la surface de la mer.

A l’heure actuelle, ce sont les capteurs embarqués sur les appareils de surveillance Aurora ainsi que les hélicoptères maritimes Sean King qui sont responsables de la détection des dangers sous-marins au sein de la marine royale canadienne.

Le Brican TD100 ne serait néanmoins pas opérationnel et prêt à être embarqué à bord d’un des navires de la Marine royale canadienne avant la fin de l’année si le calendrier des tests est respecté.

«Nous avons ici un produit 100% canadien aux capacités nettement supérieures à ce que nous avons» a déclaré Brian McLuckie.

Reste à savoir si la Défense nationale sera suffisamment intéressée par les atouts que présente le Brican TD100 pour dépenser le milliard de dollar de coûts estimés par appareil.

Etudiant en relations internationales à Sciences po Toulouse en France, Bastien se passionne pour les questions de défense et de sécurité à l’internationale. Sa curiosité prononcée pour l’actualité militaire et l’attrait du journalisme l’on incité à rejoindre l’équipe de 45eNord en tant que stagiaire.

Les commentaires sont fermés.