Le Hezbollah renforce ses positions à la frontière syro-libanaise

0
Capture d'images de la chaîne du Hezbollah Al-Manar montrant le chef du Hezbollah libanais, Hassan Nasrallah, lors d'un rassemblement de fidèles chiites pour l'Achoura, le 14 novembre 2013 à Beyrouth (AFP)
Capture d’images de la chaîne du Hezbollah Al-Manar montrant le chef du Hezbollah libanais, Hassan Nasrallah, lors d’un rassemblement de fidèles chiites pour l’Achoura, le 14 novembre 2013 à Beyrouth (AFP)

Le Hezbollah libanais, allié du régime de Bachar al-Assad, a consolidé jeudi ses positions sur des collines du côté syrien de la frontière avec le Liban, ont rapporté une ONG et une source militaire syrienne.

Ce développement intervient deux jours après que le chef de cette puissante formation chiite armée, Hassan Nasrallah, a menacé de chasser les insurgés retranchés dans la région syrienne du Qalamoun, à la frontière avec le Liban, sans préciser quand l’opération serait lancée.

Le Hezbollah et le régime syrien ont pris des collines (dans cette région) après l’avoir intensément bombardé avec des missiles iraniens de type +Bourkane+ (Volcan) et des missiles sol-sol de moyenne portée, a indiqué l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH).

Les combats sont menés depuis hier (mercredi) par le Hezbollah, avec la participation de l’armée syrienne, dans les environs d’Aassal al-Ward, une localité contrôlée par le régime, a précisé à l’AFP le directeur de l’ONG, Rami Abdel Rahmane.

De son côté, une source militaire syrienne sur le terrain a indiqué à l’AFP que l’armée syrienne et ses alliés ont avancé dans les environs d’Aassal al-Ward, ajoutant que des dizaines de terroristes ont été tués, en référence aux rebelles.

D’après M. Abdel Rahmane, cette bataille du Qalamoun, région contrôlée en majorité par l’armée syrienne et le Hezbollah, vise surtout à remonter le moral du régime après ses revers face aux rebelles notamment dans le nord du pays ces dernières semaines.

Cette bataille n’est pas aussi stratégique que ne tentent de le montrer le Hezbollah et le régime. Cela s’apparente plus à un battage médiatique, a assuré M. Abdel Rahmane.

Un porte-parole du Front Al-Nosra, la branche syrienne d’Al-Qaïda, a nié toute avancée du Hezbollah. Les combats se poursuivent dans la région d’Aassal al-Ward, a-t-il dit à l’AFP.

Jeudi soir, une source des services de sécurité libanais a rapporté la chute dans l’est du Liban de deux obus tirés du côté syrien de la frontière par les rebelles, sans faire état de victimes. Un des obus est tombé à deux kilomètres et l’autre à 10 km de Baalbeck, grande ville de l’est du Liban et un bastion du Hezbollah.

Les commentaires sont fermés.