15h52 (HNE) Chérif Chekatt, l’auteur de l’attentat de mardi contre le marché de Noël à Strasbourg, a été tué par la police jeudi soir dans le quartier Neudorf, a-t-on appris de source proche du dossier.

16h57 (HNE) Le groupe armé État islamique revendique l’attentat de Strasbourg via l’agence Amaq et qualifie son auteur, Cherif Chekatt, de “soldat de l’Etat Islamique”

Collège militaire royal du Canada: une spécialiste du harcèlement harcelée?

0
Réunis de bon matin au Currie Hall du Collège militaire royal du Canada, les anciens de Saint-Jean écoute leur ancien directeur des études (Nicolas Laffont/45eNord.ca)
Lors d’une présentation sur le harcèlement sexuel, des élèves-officiers auraient eu un comportement déplacé, pouvant être considéré comme du harcèlement, selon le commandant du Collège militaire royal du Canada. (Archives/Nicolas Laffont/45eNord.ca)

Une spécialiste du harcèlement sexuel invitée au Collège militaire royal du Canada se serait vue elle-même être harcelée par des élèves-officiers, qui n’auraient pas appréciés certains commentaires qu’elle aurait émis.

– – –

Mise à jour du 23 mai, à 8h30
Dans une série de tweets, Mme Lalonde nie avoir tenu certains propos lors de la présentation.

– – –

Le 4 octobre 2014, Julie Lalonde, une spécialiste du harcèlement sexuel, est invitée au Collège militaire royal du Canada pour donner une conférence sur le harcèlement sexuel. Mme Lalonde a déjà présentée cette conférence appelée «Draw the line» dans d’autres bases militaires et institutions académiques et tout s’est toujours bien déroulée.

Or, la conférence du samedi 4 octobre au CMRC «traumatisera» la spécialiste, qui a notamment reçu en 2013 un Prix du Gouverneur général pour son travail.

Au cours d’une journée particulièrement chargée, puisqu’elle devait donner la présentation au millier d’élèves-officiers du Collège, en quatre fois, et avec une organisation laissant à désirer, une séance de discussion a mal tourné, plusieurs élofs faisant des commentaires déplacés, allant jusqu’à blaguer à propos du viol, ou encore soulignant le fait qu’elle était une civile et une femme.

Plusieurs mois après les faits, le commandant du Collège militaire royal du Canada, le brigadier-général Al Meinzinger, a envoyé des excuses officielles à l’employeur de Mme Lalonde début février.

Le commandant a également noté que plusieurs des incidents qui se sont déroulés lors de la présentation seraient considérés comme du harcèlement en vertu de la Politique sur la Prévention et résolution du harcèlement des Forces armées canadiennes. Les élèves-officiers incriminés pourraient se voir recevoir des sanctions… s’ils sont identifiés!

Si le comportement de certains des élèves-officiers est inexcusable, et qu’il existe bien un problème de harcèlement sexuel au Collège militaire royal du Canada, comme l’a récemment rappelé le rapport de l’ancienne juge de la Cour suprême Marie Deschamps, le comportement de la conférencière serait aussi en cause selon les informations récoltées par 45eNord.ca.

Après avoir obtenu près d’une dizaine de témoignages d’élèves-officiers, de militaires et de civils travaillant au CMRC, qui se sont tous exprimés sous couvert de l’anonymat car ils n’étaient pas autorisés à en discuter publiquement, il ressort que Mme Lalonde, qui se définit elle-même comme une activiste, est allé jusqu’à provoquer les élèves-officiers.

D’entrée de jeu, elle a sous-entendu que tous les hommes sont des violeurs potentiels et que les femmes ne peuvent être que des victimes.

«Malgré une présentation de qualité, Mme Lalonde s’est permis de donner ses opinions personnelles sur la question» et de manière plutôt véhémente, nous a confié un élève-officier.

«Elle a nié catégoriquement qu’il était possible que certains hommes soient aussi des victimes du viol, parce qu’ils sont automatiquement des violeurs potentiels», nous a dit un autre.

Réagissant aux récents propos de la spécialiste indiquant qu’elle ne «peut pas imaginer ce que ce doit être d’être une femme de 19 ans au Collège», une élève-officier écrit: «Moi je peux. Ça me ferait plaisir de lui dire que je vais très bien, que je suis traité avec respect […] et que je ne me suis jamais sentie harcelée ou menacée ici».

«S’il y a une place où on est égal (sic), c’est bien au Collège. Même uniforme, même deadlines, même activités», dit une deuxième.

De plus, selon nos propres constatations, Mme Lalonde a, après sa présentation, envoyé une série de tweets insultant les élèves-officiers et l’institution, ce qui a conduit à une autre volée de commentaires déplacés d’élèves-officiers.

Dans une note envoyée aux élèves-officiers peu après les évènements du 4 octobre, et que 45eNord.ca s’est procurée, le lieutenant-colonel Mark Popov, directeur des élèves-officiers, a d’ailleurs noté que si le «comportement de certains élofs vers cet entrepreneur était inférieure à la norme professionnelle attendue et nécessaire», Mme Lalonde a «posté des commentaires publics sur Twitter qui pourraient être considérés comme non professionnels».

«C’est certain que c’est un environnement différent, mais je me sens respectée ici, je n’ai jamais eu de problème», a confiée une troisième élève-officier à 45eNord.ca. «On est comme une sœur pour eux! Oui, il y a des pommes pourris, comme partout. On est d’une génération qui a grandie avec [le respect de l’égalité des femmes]».

«Nous sommes une grosse famille vous savez, on se tient toujours tous ensemble 24h/24. Ce n’est pas parfait, comme ailleurs!, rappelle une autre élof. Trois semaines ‘dans le champ’ et les gars oublient bien souvent qu’ils sont mêmes avec une fille!», rajoute l’élève-officier.

«Elle avait tout de suite un préjugé sur les militaires, que c’était un comportement acquis et normal», a affirmé une quatrième élof. «De mon expérience personnelle, au premier abord quand on rentre, les gars pensent que tu es le sexe faible, surtout si tu es petite, mais on apprend à se surpasser et les gars sont là pour t’encourager», raconte-t-elle encore.

Après cette rencontre du 4 octobre 2014, plusieurs autres présentations ont eu lieu au courant de l’année universitaire, sous une autre forme et avec d’autres intervenants, sans aucun problème.

Il n’a pas été possible d’avoir une quelconque réaction officielle des Forces armées canadiennes ou de l’administration du Collège militaire royal du Canada.

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT #OpLENTUS

Les commentaires sont fermés.