Colombie: 18 guérilleros des FARC tués dans un bombardement de l’armée au Cauca

0
Dix-huit guérilleros des Farc tués dans un bombardement de l'armée colombienne (Archives/AFP)
Dix-huit guérilleros des Farc tués dans un bombardement de l’armée colombienne (Archives/AFP)

Dans le cadre d’une offensive contre les FARC dans le Cauca, les autorités ont réussi à neutraliser 18 rebelles du Front 29 de l’organisation marxiste, rapporte les médias colombiens.
—–
Mise à jour au 22/05/2015 à 11h39

La rébellion colombienne des Farc a annoncé vendredi la suspension de la trêve unilatérale qu’elle observait depuis près de six mois au lendemain d’un raid aérien de l’armée qui a provoqué la mort de plusieurs guérilleros, le bilan s’établissant maintenant à au moins 26 guérilleros.

—-

Les opérations coordonnées de l’armée, la police nationale et l’armée de l’air se sont déroulés dans la zone rurale de la municipalité de Guapi, sur la côte pacifique du Cauca.

Le département du Cauca, un des fiefs de la rébellion marxiste, est l’un des 32 départements de la Colombie. Il se situe au sud-ouest du pays et compte environ 1.300.000 habitants sur une population totale de 48 millions pour tout le pays. Dans la région côtière du Pacifique où se sont déroulés les opérations ce 21 mai se trouve une des plus grandes régions forestières du pays

Les autorités ont indiqué que le bombardement pour neutraliser les guérilleros a également blessé deux rebelles, un homme et un enfant mineur. En outre, toujours selon les autorités, du matériel de guerre a été saisi en abondance, comprenant notamment une mitrailleuse, ainsi que plusieurs fusils et pistolets.

Selon les médias colombiens, les militaires opérant dans la région côtière du Pacifique du Cauca étaient à la recherche d’un combattant surnommé Javier qui serait l’un des dirigeants du Front 29 des FARC.

Cette unité régionale des FARC est accusée d’avoir perpétré en novembre dernier une attaque sur l’île colombienne de Gorgona dans le Pacifique au cours de laquelle a été tué un officier colombien.

Engagée dans des pourparlers de paix avec le gouvernement, la guérilla marxiste avait décrété une trêve unilatérale illimitée en décembre dernier dans le cadre des négociations de paix avec le gouvernement qui se déroulent à La Havane depuis novembre 2012, tout en se réservant le droit de répliquer aux offensives de l’armée.

Les bombardements contre les FARC avait également cessé, mais leur reprise avait été ordonnée par le président Juan Manuel Santos le 15 avril- après la mort de onze militaire dans ce que les autorités colombiennes considèrent comme une embuscade tendue par les FARC dans la municipalité de Buenos Aires (Cauca).

Le gouvernement et les FARC ont pourtant conclu lors des pourparlers à La Havane des accords préliminaires sur des questions telles que le développement agricole, la participation des guérilleros démobilisés à la vie politique et la lutte conjointe contre le trafic de drogue.

Les parties en sont maintenant à discuter des réparations aux victimes du conflit et, question délicate entre toutes, du sort que la justice colombienne réservera aux guérilleros après un accord de paix. Mais, malgré la poursuite des pourparlers, l’offensive, comme l’a rappelé le président Santos après l’attaque dans le Cauca, se poursuit elle aussi jusqu’à ce qu’un accord de paix définitif soit trouvé, le gouvernement colombien se refusant à une trêve bilatérale.

Pour sa part, « La paix est l’unique chemin contre la barbarie. Plus de morts sans raison », a répliqué avec colère Pastor Alape, l’un des dirigeants des FARC à La Havane. Les guérilleros ont été abattus « sans pouvoir combattre, démembrés par des bombes de 250 kilos », a-t-il dénoncé, dans un message sur Twitter. Selon Pastor Alape, onze soldats colombiens auraient aussi été tués lors d’affrontements consécutifs au raid. La trêve unilatérale, instaurée par les FARC depuis décembre, « est en train de devenir impossible », a-t-il averti.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.