Colombie: les Farc lèvent leur cessez-le-feu unilatéral après avoir subi un raid meurtrier

0
Dix-huit guérilleros des Farc tués dans un bombardement de l'armée colombienne (Archives/AFP)
Dix-huit guérilleros des Farc tués dans un bombardement de l’armée colombienne (Archives/AFP)

La rébellion colombienne des FARC a annoncé vendredi la suspension de la trêve unilatérale qu’elle observait depuis près de six mois au lendemain d’un raid aérien de l’armée qui a provoqué la mort d’au moins 26 guérilleros.

Les FARC suspendent leur cessez-le feu unilatéral du fait de l’incohérence du gouvernement du président Juan Manuel Santos, a annoncé sur son portail internet la délégation de la rébellion qui participe aux pourparlers de paix menés depuis fin 2012 à Cuba.

Les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) ont toutefois réaffirmé leur détermination à poursuivre les discussions de paix de La Havane et à conclure une trêve bilatérale pour mettre fin à ce conflit de plus d’un demi-siècle.

« La suspension du cessez-le feu unilatéral et indéfini n’était pas dans nos intentions (…), mais l’incohérence du gouvernement (du président) Santos l’a provoquée, après cinq mois d’offensives terrestres et aériennes », a dénoncé la guérilla.

Contre notre volonté, nous devons poursuivre le dialogue en marge de la confrontation. Même si (Juan Manuel) Santos annonce qu’il poursuivra l’offensive, nous insisterons sur la nécessité de conclure au plus vite (…) un cessez-le-feu bilatéral, a ajouté la délégation des Farc à Cuba.

Des bombardements de l’armée ont visé jeudi un campement de la rébellion dans le département du Cauca, un de ses fiefs dans le sud-ouest du pays, coûtant la vie à au moins 26 guérilleros.

Cette attaque, menée conjointement par l’armée et la police, intervient un peu plus d’un mois après la levée par le président Santos du moratoire sur les bombardements contre les FARC.

COMUNICADO

No estaba en nuestra perspectiva la suspensión de la determinación del cese al fuego unilateral e indefinido proclamado el 20 de diciembre de 2014 como un gesto humanitario y de desescalamiento del conflicto, pero la incoherencia del gobierno Santos lo ha logrado, luego de 5 meses de ofensivas terrestres y aéreas contra nuestras estructuras en todo el país.

Deploramos el ataque conjunto de la Fuerza Aérea, el ejército y la policía ejecutado en la madrugada del jueves, contra un campamento del 29 Frente de las FARC en Guapi (Cauca), en el que, según fuentes oficiales, resultaron asesinados 26 guerrilleros.

Nos duelen por igual las muertes de guerrilleros y soldados, hijos de un mismo pueblo y procedentes de familias pobres. Debemos parar este desangre.

Contra nuestra voluntad tenemos que proseguir el diálogo en medio de la confrontación. Aunque Santos anuncia que mantendrá la ofensiva, insistiremos en la necesidad de acordar cuanto antes, para la salud del proceso de paz y evitar nuevas victimizaciones, el cese bilateral de fuegos que con tanta insistencia han reclamado las mayorías nacionales.

Agradecemos la labor de seguimiento y verificación del cese unilateral que durante cinco meses realizaron el Frente Amplio por la Paz y el movimiento social y político de Colombia.

Secretariado del Estado Mayor Central de las FARC-EP

Montañas de Colombia, mayo 22 de 2015

Les commentaires sont fermés.