Disparu depuis janvier, un jeune montréalais se déclare «soldat du califat»

Sur son compte Twitter, Imad Rafai se définit par l'expression Jund Al-khilafah, ou « soldat du califat » en arabe. (Source: Facebook)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Sur son compte Twitter, Imad Rafai se définit par l'expression Jund Al-khilafah, ou « soldat du califat » en arabe. (Source: Facebook)
Sur son compte Twitter, Imad Rafai se définit par l’expression Jund Al-khilafah, ou « soldat du califat » en arabe.
(Facebook)

Deux élèves du collège de Maisonneuve disparus depuis janvier suspectés de vouloir rejoindre les rangs de l’organisation de l’Etat Islamique sont subitement réapparus sur les réseaux sociaux ; l’un d’eux pour s’y déclarer «soldat du califat».

Imad Rafai, un  jeune montréalais d’origine algérienne qui n’avait pas donné signe de vie depuis janvier à récemment mis à jour sa page Facebook et son compte Twitter pour faire savoir qu’il aurait rejoint le moyen-orient pour prendre part au combat djihadiste.

Le jeune Rafai semble désormais se définir par l’expression arabe Jund Al-khilafah littéralement «soldat du califat» en référence à l’établissement d’un califat revendiqué par l’organisation terroriste.

«Celui qui s’enfuit de la terre de mécréance vers la terre d’Islam pour préserver sa religion en espérant la récompense d’Allah et en voulant donner la victoire à l’Islam va trouver sur terre une subsistance abondante et des bienfaits énormes. Allah, vraiment, ne manque jamais à sa promesse.», peut-ont lire sur sa page.

Néanmoins, ce dernier ne fournit aucunes informations approximatives sur sa localisation, ni d’explications sur sa situation ou quelconques indices qui permettrait d’authentifier ses propos.

Cette dernière publication sur le réseau social a notamment suscité l’approbation de Ouardia Kadem, une autre élève du collège de Maisonneuve, elle aussi disparu avec une demi-douzaine de ses camarades depuis la mi-janvier.

Sur la liste des jeunes montréalais disparus figure également Mohamed Rifaat. Ce dernier après avoir utilisé les réseaux sociaux à plusieurs reprises depuis sa disparition demeure muet depuis le mois de mars. «Patience, l’aide d’Allah finit toujours par arriver» affirmait son dernier message en date.

L’Équipe intégrée de la sécurité nationale, un groupe de policiers chargés de la lutte contre le terrorisme et coordonné par la Gendarmerie royale du Canada n’as pour le moment pas communiqué sur ces disparitions ni sur les trajectoires réciproques des aspirants djihadistes présumés.

La Presse canadienne indique toutefois que la cellule anti-terroriste a procédé à l’arrestation de deux autres élèves du collège de Maisonneuve soupçonnés d’avoir voulu se joindre aux mêmes djihadistes et accusés d’avoir eu en leur possession des éléments qui entrent dans la fabrication d’explosifs.

Une certaine prudence reste néanmoins de mise concernant la vérité du sort de ces jeunes canadiens faute d’éléments d’authentification tangibles inhérente aux publications sur les réseaux sociaux.