Irak: l’EI contrôle presque totalement Ramadi

0
Des véhicules des forces de sécurité irakiennes dans la province d'Anbar, le 7 septembre 2014 (Azhar Shallal/AFP)
Des véhicules des forces de sécurité irakiennes dans la province d’Anbar, le 7 septembre 2014 (Azhar Shallal/AFP)

Les djihadistes du groupe armé État islamique (EI) se sont emparés vendredi du principal complexe gouvernemental à Ramadi, s’assurant ainsi le contrôle quasi-total de la capitale de la province clé d’Al-Anbar dans l’ouest de l’Irak, selon l’EI et des responsables irakiens.

Les combattants djihadistes ont pris vers 11 h GMT (7 h à Montréal) le QG gouvernemental, a indiqué un officier de la police. Le groupe extrémiste avait lancé jeudi une nouvelle offensive dans Al-Anbar qui lui a permis d’avancer dans la province dont il contrôle la majeure partie.

«DAECH (un acronyme en arabe de l’EI) occupe à présent le complexe gouvernemental à Ramadi et a hissé son drapeau sur le QG de la police pour Al-Anbar», a indiqué à l’AFP un haut responsable de la police sous couvert de l’anonymat.

Le groupe extrémiste sunnite EI a diffusé un communiqué dans lequel il affirme que ses combattants avaient «pris d’assaut le complexe gouvernemental dans le centre de Ramadi, tué les renégats et fait exploser les bâtiments du gouvernorat d’Al-Anbar et du QG de la police safavide», avant de prendre le contrôle du complexe.

«Safavide» est un terme péjoratif utilisé par l’EI qui sous-entend un lien entre les forces gouvernementales et les forces de sécurité de l’Iran chiite. Par «renégats», le groupe désigne les combattants des tribus sunnites alliées au gouvernement.

La communauté chiite est majoritaire en Irak.

Un chef tribal responsable de la coordination entre les forces locales et les forces régulières a également confirmé la prise du complexe par les djihadistes.

«DAECH est parvenu à prendre le Conseil provincial et y a fait flotter son drapeau», a déclaré au téléphone à l’AFP cheikh Hekmat Souleimane. «Les seules forces (gouvernementales) qui continuent à se battre sont confinées dans de petites poches à Ramadi et n’ont plus aucun poste de commandement».

Si l’EI parvenait à s’emparer de Ramadi, il contrôlerait les capitales des deux plus grandes provinces d’Irak. Mossoul, la capitale de la province de Ninive, voisine d’Al-Anbar, est aux mains des djihadistes depuis juin 2014.

Les commentaires sont fermés.