15h52 (HNE) Chérif Chekatt, l’auteur de l’attentat de mardi contre le marché de Noël à Strasbourg, a été tué par la police jeudi soir dans le quartier Neudorf, a-t-on appris de source proche du dossier.

16h57 (HNE) Le groupe armé État islamique revendique l’attentat de Strasbourg via l’agence Amaq et qualifie son auteur, Cherif Chekatt, de “soldat de l’Etat Islamique”

Irak: l’ONU tente de négocier un accès aux zones tenues par l’EI

0
La Secrétaire générale adjointe aux affaires humanitaires, Valerie Amos (Archives/ONU)
La Secrétaire générale adjointe aux affaires humanitaires, Valerie Amos (Archives/ONU)

L’ONU tente de négocier un meilleur accès pour l’aide humanitaire aux vastes zones tenues en Irak par le groupe Etat islamique, a indiqué jeudi la patronne des opérations humanitaires de l’ONU Valerie Amos.

« Nous nous efforçons d’étendre l’accès humanitaire et nous avons désormais une équipe d’experts en négociation et en logistique qui travaillent avec nous », a-t-elle déclaré devant le Conseil de sécurité qui tenait des consultations sur l’Irak.

« Avec le soutien d’Etats membres essentiels et d’autres protagonistes influents en Irak et en dehors du pays, nous espérons parvenir à pénétrer dans ces zones » tenues par les jihadistes, a-t-elle ajouté.

Elle a précisé que l’accès était particulièrement difficile dans les provinces d’Anbar (ouest), Kirkouk, Ninive et Salaheddine (nord). Fin avril, un convoi de l’ONU a tenté en vain, « en raison de l’insécurité », d’atteindre la région de Haditha dans la province d’Anbar pour y secourir 26.400 personnes qui y étaient bloquées.

Mme Amos s’est déclarée « extrêmement inquiète pour les millions d’Irakiens qui vivent dans des zones qui échappent au contrôle du gouvernement, y compris celles sous le contrôle » de l’EI.

A l’approche du premier anniversaire de l’offensive des jihadistes sur Mossoul, la situation dans ces zones se dégrade, a-t-elle souligné, avec un « accès réduit à l’eau potable, aux soins médicaux et à la nourriture ».

« La plupart de ces zones, cependant, restent largement hors de portée des organisations humanitaires », a-t-elle déploré, et leurs habitants « sont de plus en plus coupés du reste du pays ».

Globalement, a-t-elle indiqué, le nombre d’Irakiens ayant besoin d’assistance est passé à plus de 8,2 millions, soit près d’un quart des habitants de ce pays, en augmentation de trois millions dans les cinq derniers mois.

Sur ce chiffre, 2,8 millions ont été déplacées depuis janvier 2014 et 4,4 millions ont besoin d’aide alimentaire.

Mme Amos a déploré que l’appel de fonds de l’ONU pour l’Irak en 2015, soit 1,2 milliard de dollars, ne soit pour l’instant financé qu’à 8%, obligeant à réduire les rations fournies à de nombreux Irakiens déplacés.

Le nouveau représentant de l’ONU en Irak Jan Kubis a souligné devant le Conseil que les efforts des autorités irakiennes pour libérer le pays de l’emprise de l’EI risquaient d’accroitre le fardeau humanitaire.

« La situation humanitaire va probablement empirer dans les mois à venir », a-t-il estimé. « Les partenaires humanitaires se préparent à l’éventualité que 1,7 million de personnes supplémentaires puissent être déplacées au cours des offensives prévues, en particulier pour libérer Mossoul ».

Il a exhorté Bagdad à « continuer d’urgence de prendre des mesures pour restaurer le contrôle civil de la sécurité, ainsi que la loi et l’ordre dans les zones libérées », pour y rétablir les services publics « afin de faciliter le retour des déplacés »

Les commentaires sont fermés.