Irak: un chef militaire américain minimise les gains du groupe EI

0
Koweït. Le 16 mars 2015 – Des membres de la force opérationnelle aérienne – Irak, de l’Aviation royale canadienne, et de nombreux membres de la coalition participent à SHAMAL SERIALS, un exercice de recherche et sauvetage de combat qui a lieu pour le personnel de la Force de stabilisation au Moyen-Orient qui mènent actuellement des opérations contre l’État islamique en Irak et au Levant (ISIL). (Photo : Op IMPACT, MDN)
Koweït. Le 16 mars 2015 – Des membres de la force opérationnelle aérienne – Irak, de l’Aviation royale canadienne, et de nombreux membres de la coalition participent à SHAMAL SERIALS, un exercice de recherche et sauvetage de combat qui a lieu pour le personnel de la Force de stabilisation au Moyen-Orient qui mènent actuellement des opérations contre l’État islamique en Irak et au Levant (ISIL). (Photo : Op IMPACT, MDN)

Le groupe Etat islamique (EI) reste « sur la défensive » en Irak, malgré ses gains dans la capitale provinciale de Ramadi (ouest) et la menace qu’il fait peser sur la raffinerie de Baïji, a estimé vendredi le général américain Thomas Weidley.

Le groupe EI a déjà eu des « succès épisodiques, temporaires, mais qui typiquement ne se matérialisent pas en des gains à long terme », a déclaré le général, chef d’état-major du CJTF, le commandement qui dirige les frappes aériennes de la coalition contre l’EI.

« Nous croyons fermement que l’EI est sur la défensive en Irak et en Syrie », a déclaré le général dans une téléconférence avec des reporters à Washington.

Le groupe EI s’est emparé vendredi du quartier général gouvernemental à Ramadi, selon des sources irakiennes, et semblait en passe de prendre la capitale de la province d’Al-Anbar (ouest), conquête qui constituerait sa plus importante victoire cette année en Irak.

Pour le général Weidley, les combattants de l’EI ont enregistré à Ramadi « quelques gains », dans une « attaque complexe » repoussée dans la plupart des cas par les forces irakiennes. Les forces de sécurité irakiennes continuent de « contrôler la plupart des infrastructures clef » dans la ville, et perturbent les lignes de communication de l’EI, a-t-il affirmé.

A Baïji, à 200 kilomètres au nord de Bagdad, les combattants de l’EI ont « mis une pression continue, et parfois forte » sur les forces irakiennes défendant la raffinerie, a indiqué le général Weidley. Ils ont pris le contrôle de certaines parties de ce site immense, et les forces irakiennes sont ravitaillées par voie aérienne, a-t-il indiqué.

Malgré les attaques jihadistes à Ramadi et Baïji, la campagne de la coalition « est en bonne voie », et « les Irakiens avec le soutien de la coalition progressent sérieusement », a affirmé le général.

Les commentaires sont fermés.