La Corée du Nord annule une visite de Ban Ki-moon

0
Le Secrétaire général Ban Ki-moon lors d’un forum des dirigeants de l’Asie, à Séoul, en République de Corée (Evan Schneider/ONU)
Le Secrétaire général Ban Ki-moon lors d’un forum des dirigeants de l’Asie, à Séoul, en République de Corée (Evan Schneider/ONU)

Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, a annoncé mercredi qu’il renonçait à regret à une visite sur le site industriel de Kaesong, en Corée du Nord, après l’annulation de l’autorisation que lui avait donné Pyongyang.

« Tôt ce matin, les autorités de la République populaire démocratique de Corée nous ont informés par leurs canaux diplomatiques qu’il annulaient leur autorisation à ma visite sur le site industriel de Kaeson », a déclaré Ban lors de son intervention au Seoul Digital Forum tenu à la DDP (Dongdaemun Digital Plaza), dans la capitale sud-coréenne

« Aucune explication n’a été donnée pour ce changement de dernière minute », a ajouté celui qui fut ministre des Affaires étrangères de la Corée du Sud de 2004 à 2006 avant de devenir secrétaire général de l’ONU, qualifiant la décision de Pyongyang de « profondément regrettable ».


(Vidéo/Arirang News)

Actuellement en visite en République de Corée, Ban Ki-moon avait annoncé mardi qu’il se rendrait cette semaine sur le site industriel de Kaesong, plus de 20 ans après la dernière visite d’un Secrétaire général de l’Organisation dans la partie nord de la péninsule coréenne.

L’ancien secrétaire général Boutros Boutros-Ghali avait effectué un voyage à Pyongyang en 1993.

«Le projet Kaesong est un modèle vertueux pour les deux Corées. Il représente un bon moyen de profiter de façon complémentaire des avantages de la Corée du Sud et de la Corée du Nord », avait expliqué BanKi-moon.

Créé en 2003 à proximité de la frontière entre les deux pays, le parc industriel intercoréen de Kaesong est le fruit d’un effort de coopération économique bilatéral. Il abrite plus d’une centaine d’entreprises sud-coréennes employant des dizaines de milliers de travailleurs nord-coréens.

Modèle de coopération, mais victime des tensions politiques, Kaesong avait été fermé unilatéralement par Pyongyang en avril 2013 après des semaines de très vives tensions provoquées par les nouvelles sanctions internationales à l’égard du régime communiste en réponse au troisième essai nucléaire nord-coréen.

Ce n’est qu’en août de la même année, soit quatre mois plus tard, que les deux Corées étaient parvenues à un accord pour mettre fin à la fermeture du complexe industriel où étaient installées 123 entreprises sud-coréennes, employant quelque 53.000 ouvriers nord-coréens.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.