Le cargo Maersk saisi par l’Iran autorisé à partir

0
Le Maersk Tigris, avec 24 hommes d'équipage à son bord, a été intercepté par les forces des Gardiens de la révolution, l'armée d'élite du régime iranien (Damietta Port Authority)
Le Maersk Tigris, avec 24 hommes d’équipage à son bord, a été intercepté le 28 avril 2015 par les forces des Gardiens de la révolution, l’armée d’élite du régime iranien (Damietta Port Authority)

Le navire du géant danois du transport maritime Maersk, battant pavillon des îles Marshall, qui avait été intercepté le 28 avril par l’Iran, est libre de quitter le pays, a indiqué jeudi l’Organisation iranienne des ports.

Le navire, un porte-conteneurs battant pavillon des îles Marshall, avait été intercepté le 28 avril dans les eaux du Golfe par des bateaux de guerre en application d’une décision de justice favorable à une société privée iranienne.

Dans un communiqué publié sur son site, l’Organisation des ports a affirmé que des « consultations ont été menées avec la compagnie Maersk » qui a donné son « engagement (…) pour appliquer la décision judiciaire ».

« Après avoir obtenu une autorisation judiciaire, le navire a été libéré le 7 mai », ajoute le communiqué.

Maersk est poursuivi par l’entreprise iranienne Pars Talayieh Oil Product dans le cadre d’une litige portant sur 10 conteneurs envoyés à Dubaï en janvier 2005. La société danoise aurait perdu un appel le forçant à payer 3,6 millions de dollars (3,2 millions d’euros) de dommages et intérêts.

Mercredi la porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Marzieh Afkham, a indiqué que les 24 membres d’équipage du cargo étaient « libres ».

Elle a également réitéré que la saisie était « une affaire judiciaire et non une affaire politique ou militaire ».

Les États-Unis ont mis fin mercredi à la mission d’accompagnement des navires civils américains dans le détroit d’Ormuz, lancée la semaine dernière après l’arraisonnement d’un porte-conteneurs par les Iraniens, a indiqué le Pentagone.

Les commentaires sont fermés.