Le film «Good kill» sur les pilotes de drones sort au cinéma

0

Le film «Good kill» (version française: «Drones»)  réalisé par Andrew Niccol avec Ethan Hawke sort ce vendredi 15 mai dans les salles obscures.

Le film met en vedette le personnage de Tommy Eagan incarné par Ethan Hawke, un ancien pilote d’avion de chasse au sein de l’armée américaine désormais reconverti en opérateur de drone. L’intrigue se déroule en 2010 alors que l’utilisation de ces drones armés bat son plein pendant la guerre d’Afghanistan contre les talibans.

Au fil des opérations, le personnage principal voit sa conscience morale remis en question face aux frappes dites «ciblées» qu’on lui ordonne d’effectuer à la lumière des dommages collatéraux qu’ils engendrent. De plus, profondément complexé d’être si loin de la zone des combats et nostalgique de ne plus pouvoir véritablement voler à bord des F-16 américains, le Major Eagan éprouve de plus en plus de mal à se faire comprendre vis-à-vis de son entourage.

Le film a le mérite de mettre la lumière sur un corps de métier des forces armée peu médiatisé et souvent considéré péjorativement par le grand public que sont les opérateurs de drone.

A plusieurs milliers de kilomètres du théâtre d’opération, ces militaires spécialisés effectuent des missions de reconnaissance, de soutien aux unités au sol mais aussi des «éliminations ciblées», ces fameux «good kills» dont le film puise son titre.

Rapidement, le film met l’accent sur les dilemmes moraux et interrogations auxquels peuvent être soumis les pilotes de drones.

De même, bien que ces derniers opèrent depuis une base située sur leur territoire national, le réalisateur explique efficacement que les opérateurs de drone sont également sujets à des syndromes de stress aux répercussions dévastatrices.

«Frappes chirurgicale », «ciblées », «éliminations signatures», le film tente de démontrer, avec un réalisme néanmoins contestable, la réalité qui se cache derrières toutes ses appellations employées dans le jargon militaire.

Par ailleurs, chose rare dans les productions américaines, ce film a pour lui le mérite de soulever la question de la contribution au terrorisme qu’apportent ces frappes.

Au cœur de l’argumentaire djihadiste, ces bombardements ciblés symptômes de guerres asymétriques, alimentent la haine des populations à travers Moyen-Orient envers les Etats-Unis.

Etudiant en relations internationales à Sciences po Toulouse en France, Bastien se passionne pour les questions de défense et de sécurité à l’internationale. Sa curiosité prononcée pour l’actualité militaire et l’attrait du journalisme l’on incité à rejoindre l’équipe de 45eNord en tant que stagiaire.

Les commentaires sont fermés.