Le Sénégal va envoyer 2.100 hommes en Arabie saoudite pour le Yémen

0
Un combattant membre du comité de résistance soutenant le président en exil Abd Rabbo Mansour Hadi à Taëz le 29 avril 2015 (Tahah saleh/AFP)
Un combattant membre du comité de résistance soutenant le président en exil Abd Rabbo Mansour Hadi à Taëz le 29 avril 2015 (Archives/Tahah saleh/AFP)

Le Sénégal a annoncé lundi l’envoi en Arabie saoudite de 2.100 militaires pour contribuer à la coalition internationale conduite par Ryad contre la rébellion chiite au Yémen, à la demande du roi Salmane.

La date précise de l’envoi de ce contingent n’a pas été communiquée par le ministre des Affaires étrangères, Mankeur Ndiaye, qui a informé l’Assemblée nationale de la décision du président Macky Sall, dans un discours dont l’AFP a obtenu copie.

Aucune indication supplémentaire n’a pu être obtenue dans l’immédiat de source officielle.

Début avril, en Arabie saoudite, le roi Salmane « a sollicité » le président Sall « en vue d’une contribution de notre pays à la lutte commune menée par la coalition internationale dirigée par l’Arabie saoudite », a déclaré le ministre Ndiaye, lisant aux députés un message du chef de l’Etat.

M. Sall « a décidé de répondre favorablement à cette demande en déployant en terre sainte d’Arabie Saoudite un contingent de 2.100 hommes », a-t-il poursuivi.

« Les modalités et autres arrangements nécessaires au déploiement ont été conclus entre les états-majors des forces armées des deux pays », a-t-il affirmé.

Depuis le 26 mars, l’Arabie saoudite conduit avec huit alliés arabes une campagne de bombardements aériens contre les Houthis, rebelles soutenus par l’Iran.

L’opération vise officiellement à restaurer l’autorité du président yéménite reconnu par la communauté internationale, Abd Rabbo Mansour Hadi, actuellement en exil à Ryad, dont les forces n’ont pu faire face à l’avancée des Houthis, entrés en septembre 2014 à Sanaa.

Le président Sall « a pris la décision d’engager nos forces de défense et de sécurité au sein de la coalition internationale » en étant « conscient de l’ampleur des bouleversements géopolitiques qui pourraient découler d’une détérioration de la situation sur le terrain » mais aussi « dans l’intérêt bien compris des deux pays », a expliqué le ministre.

M. Ndiaye a rappelé que des militaires sénégalais ont déjà été déployés dans la région, « dans le cadre d’une coalition internationale, lors de la guerre du Golfe destinée à libérer le Koweït de l’invasion irakienne » d’août 1990.

Au 31 mars, le Sénégal comptait 3.400 hommes au sein des troupes de l’ONU. Et, depuis son indépendance de la France en 1960, il a déployé « près de 25.000 militaires dans plus de 20 opérations de maintien de la paix », a-t-il précisé.

Les commentaires sont fermés.