L’EI revendique des attentats contre deux hôtels à Bagdad

0
La police irakienne le 7 février 2015 dans un quartier est de Bagdad, après une explosion (Photo Sabah Arar/AFP)
La police irakienne le 7 février 2015 dans un quartier est de Bagdad, après une explosion (Photo Sabah Arar/AFP)

Le groupe jihadiste Etat islamique (EI) a revendiqué vendredi deux attentats perpétrés dans la nuit contre des hôtels de luxe de Bagdad, qui ont fait neuf morts selon les autorités.

Des dizaines de personnes ont été également blessées par les explosions qui se sont produites juste avant minuit heure locale (21H00 GMT) sur les parkings des deux hôtels, retentissant dans tout le centre de la capitale.

Selon un communiqué en ligne de l’EI, un jihadiste irakien a pu laisser un véhicule piégé devant l’Ishtar (ex-Sheraton) avant de quitter les lieux. L’explosion a fait voler en éclats les fenêtres de cet hôtel récemment rénové et très fréquenté le jeudi soir, veille de week-end.

D’après l’EI, le même homme a ensuite conduit un autre véhicule bourré d’explosifs à l’hôtel Babylon, autre lieu chic et récemment rénové, qui surplombe le Tigre. Un responsable de police a ensuite confirmé que cette attaque était bien l’oeuvre d’un kamikaze.

La police a par ailleurs indiqué que les forces de sécurité avaient neutralisé une autre voiture piégée sur le parking du Babylon.

Vendredi, plus d’une quinzaine de véhicules fortement abîmés par l’explosion étaient encore visibles sur le parking de l’hôtel Ishtar, dont la sécurité ne semblait pas avoir été augmentée en dépit de l’attaque.

Selon un homme présent près du lieu de l’explosion, Raad, l’Ishtar est l’un des lieux les plus sûrs de la capitale pour les Irakiens comme pour les étrangers. Mais si un attentat peut y avoir lieu, alors cela veut dire qu’il n’y a plus de sécurité.

Un couvre-feu, qui était en vigueur à partir de minuit depuis plusieurs années, a été levé en février après que les forces irakiennes ont eu repris des zones autour de Bagdad aux jihadistes du groupe Etat islamique (EI) et démantelé un important réseau de fabrication de bombes.

 Les attaques perdurent depuis, mais à un rythme moins soutenu que l’année dernière.

L’EI, qui affronte toujours les forces gouvernementales à à peine 30 kilomètres de la capitale irakienne, a revendiqué la plupart des attaques majeures à Bagdad et ailleurs dans le pays.

Les deux hôtels visés avaient déjà été frappés, en même temps qu’un autre établissement, par des attentats-suicides coordonnés en janvier 2010, qui avaient tué au moins 36 personnes. Ils avaient alors été revendiqués par Al-Qaïda en Irak.

Les commentaires sont fermés.