Navire humanitaire vers le Yémen: l’Iran met en garde les Etats-Unis

0
Le guide suprême iranien, Ali Khamenei, à Téhéran le 9 août 2013 (Iranian presidency)
Le guide suprême iranien, Ali Khamenei, à Téhéran le 9 août 2013 (Iranian presidency)

Un haut gradé à Téhéran a mis en garde les Etats-Unis contre toute tentative d’empêcher un bateau iranien d’aide humanitaire d’atteindre le Yémen, après des déclarations du Pentagone pressant l’Iran de livrer sa cargaison via l’ONU.

Le général Massoud Jazayeri a laissé entendre que l’Iran avait bien l’intention de délivrer l’aide dans un port yéménite, et non via la plateforme mise en place par l’ONU à Djibouti, en face des côtes du Yémen.

Une trêve est entrée en vigueur mardi soir au Yémen après sept semaines de frappes menées par une coalition arabe commandée par l’Arabie saoudite contre les rebelles chiites Houthis soutenus par l’Iran.

Ryad accuse Téhéran de fournir des armes aux Houthis mais l’Iran dément et affirme n’envoyer que des aides humanitaires.

Selon des responsables iraniens, le bateau Shahed, qui transporte 2.500 tonnes d’aide humanitaire, se dirige vers le port yéménite de Hodeida (ouest).

« Je dois dire honnêtement que la patience de l’Iran a ses limites », a déclaré le général Jazayeri, numéro deux des forces armées iraniennes, dans un entretien diffusée mardi soir par la chaîne al-Alam.

« L’Arabie saoudite et ses nouveaux dirigeants, ainsi que les Américains et les autres devraient savoir que s’ils continuent à créer des obstacles à la livraison d’aide humanitaire par l’Iran, (ils provoqueraient) un embrasement qui serait hors de leur contrôle », a-t-il averti.

« Je leur recommande de laisser l’Iran et d’autres pays délivrer leur aide au Yémen », a encore dit le général.

Les tensions entre Ryad et Téhéran se sont accentuées depuis l’intervention le 26 mars de la coalition arabe qui cherche à empêcher les rebelles de prendre le contrôle entier du Yémen, frontalier de l’Arabie saoudite.

Mardi, le Pentagone a appelé les Iraniens « à faire ce qu’il faut, c’est-à-dire à livrer leur aide humanitaire en accord avec les règles de l’ONU, via la plate-forme de distribution qui a été établie à Djibouti ». « Nous surveillons » ce bateau, a dit le porte-parole du Pentagone.

Les Etats-Unis apportent un soutien politique et logistique à la campagne arabe au Yémen.

De son côté, le chef du Croissant rouge iranien, cité dans des médias, a affirmé que « personne n’a le droit d’inspecter » le bateau Shahed.

En écho, la porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Marzieh Afkham, a répété mercredi que l’Iran « ne permettrait pas aux pays impliqués dans la guerre au Yémen d’inspecter nos bateaux transportant de l’aide humanitaire ».

Elle a dit espérer « qu’avec la coordination du bureau de l’ONU, les aides pourraient être acheminées aux yéménites le plus tôt possible ».

Selon la presse iranienne, 60 personnes se trouvent à bord du Shahed: 15 personnels médicaux, 13 journalistes, 25 membres d’équipage et 7 militants pacifistes venus des Etats-Unis, de France et d’Allemagne.

Les commentaires sont fermés.