Nucléaire: Washington, Séoul et Tokyo veulent accentuer la pression sur Pyongyang

20
Photo non datée diffusée le 8 février 2015 par l'agence officielle de la Corée du nord KCNA montrant un tir d'essai de missile en mer. (KCNA/AFP/Archives / KNS)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Photo non datée diffusée le 8 février 2015 par l'agence officielle de la Corée du nord KCNA montrant un tir d'essai de missile en mer. (KCNA/AFP/Archives / KNS)
Photo non datée diffusée le 8 février 2015 par l’agence officielle de la Corée du nord KCNA montrant un tir d’essai de missile en mer. (KCNA/AFP/Archives / KNS)

Les représentants du Japon, de la Corée du Sud et des Etats-Unis sont convenus mercredi d’accentuer les pressions sur la Corée du Nord pour qu’elle renonce à l’arme nucléaire, y compris au moyen de sanctions supplémentaires, tout en laissant la porte ouverte à la diplomatie.

Les trois émissaires, qui parlaient à la presse après des entretiens trilatéraux à Séoul, ont évoqué la « gravité » des progrès réalisés par la Corée du Nord en ce qui concerne ses programmes balistiques et nucléaire.

« Nous sommes tombés d’accord sur l’importance d’accentuer les pressions et les sanctions contre la Corée du Nord même si toutes les options diplomatiques restent sur la table », a dit l’envoyé américain pour la Corée du Nord, Sung Kim.

Les discussions avec le Sud-Coréen Hwang Joon-Kook et le Japonais Junichi Ihara ont duré environ trois heures. Il s’agissait aussi de discuter des possibilités de relancer les pourparlers à six visant à obtenir de Pyongyang l’abandon de son programme d’armements nucléaires et qui sont au point mort depuis fin 2008.

Ces entretiens trilatéraux surviennent alors que la Corée du Nord a affirmé la semaine dernière être capable de lancer des têtes atomiques miniaturisées à partir de fusées de haute précision.

Pyongyang avait également annoncé récemment avoir réussi un essai de tir de missile balistique à partir d’un sous-marin (MSBS). Plusieurs experts ont cependant estimé que les annonces nord-coréennes étaient exagérées et que le Nord était toujours loin d’être en mesure de mettre au point une véritable capacité MSBS.

Le Sud-Coréen a souligné que les trois pays avaient mis en exergue « la gravité de l’état d’avancement des capacités nucléaires nord-coréennes ». Sung Kim a déclar, lui, que le test MSBS était inquiétant, qu’il soit ou non authentique.

« C’est très préoccupant pour nous que les Nord-Coréens continuent de chercher à obtenir ces capacités », a déclaré M. Kim. « Leurs intentions sont claires et nous devons être préoccupés, quel que soit l’état d’avancement » de leurs programmes.

Les représentants sud-coréen et américain devaient ensuite se rendre en Chine.

Certains se demandent s’il ne faut pas changer de stratégie à l’endroit de la Corée du Nord, qui est soumise à des sanctions multiples, isolée sur la scène diplomatique, sans que cela la dissuade en rien de chercher à réaliser ses ambitions nucléaires.

Mais pour Washington et Séoul, la Corée du Nord doit faire la preuve de sa bonne volonté avant toute reprise du dialogue.

La Corée du Nord a mené trois essais nucléaires, en 2006, 2009 et 2013 et son programme de développement des missiles balistiques est très actif.

Les pourparlers au point mort visent à obtenir de Pyongyang l’abandon de son programme nucléaire en échange d’avantages économiques et diplomatiques, et de garanties pour sa sécurité.