Opération RENAISSANCE 15: de la reconnaissance aux opérations (PHOTOS)

0

Joint par téléphone depuis le Népal, le lieutenant-colonel Ed Izatt, commandant de l’Équipe d’intervention en cas de catastrophe (EICC), a donné à 45eNord.ca les derniers développements sur l’Opération RENAISSANCE 15.

Après l’annonce par le ministre Chris Alexander du déploiement de l’EICC samedi dernier, une première équipe a atterri à Katmandou tôt lundi matin. Ce sont donc désormais 105 membres de l’EICC qui sont sur le terrain.

«Nous effectuons la transition de notre capacité de reconnaissance à notre capacité d’opérer», a dit à 45eNord.ca le lieutenant-colonel Izatt, toujours un peu sous le coup du décalage horaire [ndlr: il y a 10 heures de décalage entre le Népal et le Québec]».

Désormais, les Canadiens présents dans la région ont une «empreinte opérationnelle réelle sur le terrain».

Les militaires canadiens s’affairent en ce moment à monter une base opérationnelle avancée, située à une centaine de kilomètres à l’est de Katmandou, soit environ trois heures de route. Ce camp, qui s’appellera Camp Sumitra, doit permettre d’amener l’aide humanitaire dans la région de Charikot, et de «pousser en avant» les équipes d’évaluations. Le Quartier général de l’EICC est installé quant à lui à Katmandou.

C’est comme si j’étais à Montréal en train d’opérer une équipe médicale mobile à Toronto, c’est ça le défi de la distance et du temps que nous rencontrons ici.
Lieutenant-colonel Ed Izatt
, commandant de l’EICC

Le camp hébergera un hôpital de campagne de rôle 1, et fournira donc des soins dits primaires. Si les blessures sont plus importantes que ce que peut traiter l’hôpital, les personnes seront évacuées vers des «milieux qui seront capables de les prendre en charge».

«Quand on arrive, les premières journées c’est vraiment de ramasser le plus d’informations possible pour comprendre la situation globale et faire beaucoup de networking pour voir avec qui on peut vraiment collaborer tant du côté médical que du côté civil», nous a expliqué le major Bernard Couillard, commandant du peloton médical de l’EICC.

À plus d’une semaine depuis le tremblement de terre, qui a fait au moins 7.000 morts, la priorité médicale passe désormais aux «complications des blessures primaires», et à veiller à ce que les gens blessés n’aient pas d’infections, a raconté le major Couillard.

«Depuis le début du désastre les gens ont tendance à se rassembler dans des milieux ouverts car ils ont peur que leurs maisons s’effondrent, et cela favorisent grandement la propagation de maladies infectieuses… alors oui on prend en considération la question de l’épidémie et une surveillance est faite depuis le début».

Le Camp Sumitra sera aussi une zone de transit pour les organisations humanitaires qui souhaitent opérer dans la région, ainsi que pour l’armée népalaise.

Le plus grand défi actuel: la mobilité

La coopération est toujours des plus complexes, en raison du grand nombre d’intervenants sur le terrain, mais selon le lieutenant-colonel Izatt «nous comprenons tous la doctrine en la matière de l’ONU» sur la façon d’apporter de l’appui humanitaire à un pays et nous nous efforçons d’appliquer cette doctrine».

«Nous avons eu des problèmes d’accès à tous les niveaux, précise Ed Izatt. Les routes étroites et sinueuses et les avalanches sont un obstacle à la circulation, précise le lieutenant-colonel Izatt qui rajoute du même souffle que les équipes utilisent actuellement des véhicules civils et des gator. L’aéroport de Katmandou a lui-même une limitation et c’est un défi pour les gros avions qui se posent car ils sont eux-mêmes une menace à l’intégrité de la piste!».

Des discussions sont en cours, avec les Américains, qui pourraient fournir la capacité aérienne au Népal grâce notamment aux V-22 Osprey. Cela permettrait aux équipes médicales canadiennes d’être mobiles et plus rapides.

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT #OpLENTUS

Les commentaires sont fermés.