Rob Nicholson en Ukraine pourfend encore les Russes

0
Le ministre des Affaires étrangères, Rob Nicholson, et le président de l’Ukraine, Petro Porochenko, le 11 mai 2015 à Kiev. (MAECD)
Le ministre des Affaires étrangères, Rob Nicholson, et le président de l’Ukraine, Petro Porochenko, le 11 mai 2015 à Kiev. (MAECD)

Le ministre des Affaires étrangères canadien Rob Nicholson, en visite en Ukraine, a une fois encore pourfendu les Russes, au grand plaisir de ses hôtes.

Le ministre canadien a rencontré le président de l’Ukraine, Petro Porochenko et le chef de la diplomatie ukrainienne, Pavlo Klimkine, afin de discuter de ce qu’il a appelé le «militarisme et de l’expansionnisme agressifs de la Russie», que le Canada considère comme une menace pour la stabilité régionale, la liberté, la démocratie et la primauté du droit.

«Les actions de la Russie en Ukraine sont non seulement illégales et répréhensibles, mais aussi brutales et transparentes, a déclaré le ministre Nicholson, ajoutant que «Le Canada reste très préoccupé par la récente recrudescence de la violence, en particulier près de Marioupol, et par les violations répétées des accords de Minsk par la Russie et les insurgés».

Le Canada est, depuis le renversement du président pro-russe Viktor Ianoukovitch et 2014 et le début de la crise ukrainienne, le Canada, qui abrite la plus importante communauté ukrainienne du monde en dehors de l’Ukraine et de la Russie, est un des soutiens les plus fermes du nouveau pouvoir pro-occidental à Kiev.

La semaine dernière, le Canada a annoncé un engagement à verser 1,2 million de dollars, le Canada contribue à augmenter les capacités du système médical du ministère ukrainien de la Défense.

Ces derniers mois, le Canada a aussi donné aux forces armées ukrainiennes environ 30.000 ensembles de manteaux, pantalons et lunettes de protection balistique, 70.000 paires de bottes chaudes et imperméables, 7.000 casques, 2.300 gilets pare-balles, 300 trousses de premiers soins, 100 tentes et 735 sacs de couchage. De plus, 238 lunettes de vision nocturne seront fournies.

En outre, le Canada déploiera quelque 200 membres des Forces armées canadiennes en Ukraine jusqu’au 31 mars 2017, afin de préparer et d’offrir au personnel des forces ukrainiennes des programmes de formation militaire et de renforcement des capacités.

Le ministre des Affaires étrangères canadien, Rob Nicholson, et son homologue ukrainien, Pavlo Klimkine, à l’occasion d’une cérémonie de dépôt de couronnes sur la Tombe du Soldat inconnu à Kiev le 11 mai 2015. (MAECD)
Lors de sa visite en Ukraine, le ministre Nicholson a aussi accompagné son homologue, le ministre Klimkine, lors d’une cérémonie de dépôt de couronnes sur la Tombe du Soldat inconnu. Les ministres ont également visité, près de là, le Mémorial en commémoration des victimes des grandes famines en Ukraine ainsi que son musée de l’Holodomor.

L’Holodomor (littéralement «extermination par la faim» en ukrainien) est cette grande famine qui fit des millions de victimes en Ukraine en 1932 et 1933 et dont les Ukrainiens imputent la responsabilité aux autorités soviétiques de l’époque, leur prêtant, à tort ou à raison, des intentions génocidaires.

«Le Canada se souvient du sacrifice et du succès des Ukrainiens courageux qui ont combattu pour mener les alliés à la victoire pendant la Seconde Guerre mondiale», a déclaré le ministre Nicholson. «Alors que nous rendons hommage aux victimes de la guerre, nous n’oublions pas les nombreuses vies maintenant perdues dans l’est de l’Ukraine.»

Après sa visite en Ukraine, le 11 et 12 mai, le chef de la diplomatie canadienne se rendra en Turquie les 13 et 14 mai.

À Antalya, en Turquie, le ministre Nicholson se joindra à ses homologues pour participer à la réunion des ministres des Affaires étrangères de l’OTAN.

Cette réunion portera, entre autres, sur des questions de sécurité régionale touchant l’est de l’Ukraine et la Russie, mais aussi le Moyen-Orient, particulièrement à l’égard de l’Irak, de la Syrie et du groupe armé État islamique.

Les discussions porteront aussi sur l’élargissement de l’OTAN. «L’élargissement de l’OTAN s’est traduit par une plus grande sécurité pour les alliés comme pour les non-alliés dans la région euroatlantique, et le Canada appuie fermement la politique de la porte ouverte de l’OTAN», a indiqué cette semaine à ce sujet le ministre canadien des Affaires étrangères.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.