Syrie: assaut rebelle contre des soldats assiégés dans un hôpital

0
Des soldats d'une coalition islamiste à Idleb en Syrie, le 29 mars 2015 (Zein al-Rifai/AFP)
Des soldats d’une coalition islamiste à Idleb en Syrie, le 29 mars 2015 (Zein al-Rifai/AFP)

Des rebelles syriens et des combattants d’Al-Qaïda ont pris d’assaut dimanche l’hôpital de Jisr al-Choughour où sont assiégés 250 soldats et civils depuis la chute de cette ville du nord-ouest il y a deux semaines, selon une ONG.

« Les combattants ont pris d’assaut ce matin l’hôpital situé à la périphérie sud-ouest de la ville de Jisr al-Choughour. Ils ont pénétré dans l’un des bâtiments et sont engagés dans de violents combats avec les soldats à l’intérieur », a affirmé à l’AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

D’après lui, l’assaut rebelle a été possible après un attentat à la voiture piégée mené par les jihadistes du Front Al-Nosra, branche syrienne d’Al-Qaïda, aux abord de l’hôpital.

C’est la première fois depuis deux semaines que les rebelles parviennent à entrer dans l’établissement où sont assiégées 250 personnes, dont au moins 150 soldats bien armés, parmi lesquels « de hauts officiers », des membres de leurs familles mais aussi « d’importants fonctionnaires de la province d’Idleb », où est située la ville de Jisr al-Choughour.

Proche de la frontière avec la Turquie –pays favorable à la rébellion– et à la périphérie de la province de Lattaquié –fief du régime–, cette ville est tombée le 25 avril aux mains d’Al-Nosra et de ses alliés rebelles.

L’armée syrienne, appuyée par des milices pro-régime syriennes et étrangères, tente de sauver les personnes assiégées dans l’hôpital et se trouve à moins de deux kilomètres après avoir lancé une contre-offensive contre Jisr al-Choughour mercredi.

L’armée de l’air bombarde les abords de l’établissement et, selon l’agence officielle syrienne Sana, « des dizaines de terroristes » ont été tués.

Les circonstances dans lesquelles les soldats bloqués sont parvenus à résister pendant deux semaines ne sont pas connues.

Le régime syrien a subi ces derniers mois une série de revers militaires, dont notamment la perte d’Idleb, la capitale de la province du même nom, et de Jisr al-Choughour, après plus d’un an de victoires successives face aux rebelles qui tentent de le renverser depuis 2011.

Les commentaires sont fermés.