Tensions en mer de Chine: Washington appelle Pékin à arrêter les constructions d’îles

0
Le USS Shiloh le 30 may 2015 à Subic Bay, una ancienne base navale américaine aux Philippines (Robert Gonzaga/AFP)
Le USS Shiloh le 30 may 2015 à Subic Bay, una ancienne base navale américaine aux Philippines (Robert Gonzaga/AFP)

Les États-Unis ont appelé samedi à un « arrêt immédiat et durable » des travaux de construction par la Chine d’îles semi-artificielles en mer de Chine méridionale, jugeant que le comportement de Pékin n’était « pas en phase » avec les règles internationales.

« Tout d’abord, nous voulons un règlement pacifique de tous les différends. A cette fin, il devrait y avoir un arrêt immédiat et durable des travaux de remblaiement par tous ceux qui revendiquent » la souveraineté sur l’archipel des Spratleys, a déclaré le secrétaire américain à la Défense Ashton Carter lors d’une conférence sur la sécurité à Singapour.

« Nous nous opposons également à toute militarisation supplémentaire » de la zone, a-t-il ajouté, soulignant que les soldats américains continueraient à pénétrer dans ce qu’il appelle les « eaux internationales » de mer de Chine méridionale.

M. Carter a encore estimé que, « par ces actions en mer de Chine méridionale, la Chine n’est pas en phase avec les règles et les normes internationales. »

Les Spratleys, un archipel de plus de 100 îles, récifs et atolls à mi-chemin entre le Vietnam et les Philippines, est l’une des zones les plus disputées à cause de son importance militaire stratégique.

Les Chinois y mènent d’énormes opérations de remblaiement, transformant des récifs coralliens en ports et en infrastructures diverses.

M. Carter a reconnu que d’autres pays avaient développé des avant-postes dans la zone, à des échelles diverses, y compris le Vietnam avec 48 avant-postes, les Philippines avec huit, la Malaisie avec cinq et Taïwan avec un.

« Cependant, un pays est allé beaucoup plus loin et beaucoup plus vite que n’importe quel autre. Et c’est la Chine », a-t-il affirmé.

« La Chine a aménagé plus de 800 hectares, soit plus que tous les autres réunis et plus que dans toute l’histoire de la région », a-t-il poursuivi, notant que tout cela a été fait « ces 18 derniers mois ».

Les commentaires sont fermés.