Ukraine: deux soldats et un rebelle tués, des tirs de plus en plus intenses

0
Des soldats ukrainiens de garde le 21 février 2015 à Frunze, près de Lougansk (Vasily Maximov/AFP)
Des soldats ukrainiens de garde le 21 février 2015 à Frunze, près de Lougansk (Vasily Maximov/AFP)

Deux soldats ukrainiens et un insurgé prorusse ont été tués au cours des dernières 24 heures dans l’est séparatiste de l’Ukraine, selon les bilans annoncés séparément par les autorités ukrainiennes et rebelles, qui ont fait état d’une intensification de tirs.

Deux soldats ukrainiens ont été tués et trois autres blessés lorsque leur véhicule blindé a roulé sur une mine dans la région de Lougansk, a indiqué un porte-parole militaire ukrainien, Oleksandre Motouzianyk.

Deux autres militaires ukrainiens ont été blessés aux abords du village de Chirokiné, près du port stratégique de Marioupol, dernière grande ville de l’Est rebelle contrôlée par Kiev, selon la même source.

Un responsable du ministère de la Défense séparatiste a de son côté fait état d’un combattant tué ainsi que de six blessés, selon l’agence officielle des insurgés DAN, accusant Kiev d’avoir intensifé les tirs contre les positions rebelles.

Plus tôt dans la journée, ce ministère a affirmé que l’armée ukrainienne a procédé à environ 70 tirs, notamment contre Chirokiné, village divisé par la ligne du front, et contre des quartiers du fief séparatiste de Donetsk proches de l’aéroport.

L’armée ukrainienne a de son côté accusé les séparatistes d’avoir considérablement augmenté le nombre de tirs, environ une centaine au cours des dernières 24 heures, soit pratiquement le niveau observé avant la trêve actuelle, instaurée à la mi-février après la signature des accords de paix Minsk 2.

En violation de ces accords de paix, les rebelles utilisent régulièrement l’artillerie lourde pour provoquer une riposte des Ukrainiens, affirme le service de presse de l’opération militaire ukrainienne dans l’Est.

Malgré la trêve, les points les plus chauds de la ligne du front restent Chirokiné ainsi que le village de Pisky et plusieurs autres localités situées à proximité de l’aéroport de Donetsk.

Si en dépit des violations, le cessez-le-feu actuel est globalement respecté, les autorités ukrainiennes n’excluent pas une offensive rebelle autour du 9 mai, date de la célébration du 70e anniversaire de la victoire contre l’Allemagne nazie.

Le chef de la diplomatie serbe Ivica Dacic, qui assure la présidence tournante de l’OSCE, a déploré dimanche dans un communiqué des violations du cessez-le-feu en Ukraine où sont déployés des centaines d’observateurs de cette organisation.

Il s’est déclaré particulièrement préoccupé par le recours aux armes lourdes, bannies par les accords de paix, et l’intensification des combats autour de Donetsk et Chirokiné, appelant les deux parties à arrêter les hostilités et demandant à renforcer le processus politique pour trouver une solution pacifique à ce conflit, qui a fait plus de 6.100 morts en un an.

A cette fin, une rencontre du Groupe de contact trilatéral réunissant les représentants ukrainiens, russes et de l’OSCE avec la participation d’émissaires rebelles est attendue à Minsk mercredi, ont annoncé séparément Kiev et les séparatistes.

La capitale bélarusse a déjà été à plusieurs reprises le théâtre de négociations internationale, dont la dernière grande session s’est déroulée en février avec la participation de présidents français, ukrainien et russe et celle de la chancelière allemande.

Les commentaires sont fermés.