USA: prudence, pas de caricature de Mahomet sur les bus de Washington

Avec le slogan "Soutenez la liberté d'expression", American Freedom Defense Initiative voulait faire afficher la caricature gagnante du concours qu'elle avait organisé à Garland, et qio avait provoqué une fusillade det deux morts (AFDI)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Avec le slogan "Soutenez la liberté d'expression", American Freedom Defense Initiative voulait faire afficher la caricature gagnante du concours qu'elle avait organisé à Garland, et qio avait provoqué une fusillade det deux morts (AFDI)
Avec le slogan « Soutenez la liberté d’expression », American Freedom Defense Initiative voulait faire afficher la caricature gagnante du concours qu’elle avait organisé à Garland, et qio avait provoqué une fusillade et deux morts (AFDI)

La caricature du prophète Mahomet n’apparaîtra pas sur les bus ou métros de Washington, à la grande fureur de l’organisatrice d’un concours sur ce thème qui avait provoqué une fusillade et deux morts à Garland, au Texas (sud), début mai.

Pamela Geller, fondatrice de l’organisation American Freedom Defense Initiative (AFDI), considérée comme islamophobe, s’est insurgée jeudi contre une « atteinte au Premier amendement » et la liberté d’expression, après la décision, dit-elle, des autorités des transports de la capitale de ne pas publier de publicités polémiques et de ce fait une publicité de son organisation.

Avec le slogan « Soutenez la liberté d’expression », Mme Geller voulait faire afficher la caricature gagnante du concours qu’elle avait organisé à Garland, représentant le visage du prophète qui menace d’une épée en disant « Vous ne pouvez pas me dessiner » alors que la main du dessinateur est surmontée d’un « C’est pourquoi je vous dessine ».

Selon elle, WMATA, la régie des transports de la ville, a décidé de ne plus publier de publicités polémiques jusqu’à la fin de l’année.

L’organisme, contacté par l’AFP, n’a pu être joint.

Selon le Washington Post, le conseil d’administration a pris cette décision jeudi, un responsable non nommé affirmant au quotidien que c’était par crainte que bus et métros ne soient « des cibles terroristes ».

Deux hommes avaient été abattus le 3 mai au Texas alors qu’ils avaient pris pour cible le bâtiment où se déroulait le concours de caricatures de Mahomet, organisé par l’AFDI.