Violences dans l’ouest du Mexique, trois militaires tués dans leur hélicoptère

0
Un pompier mexicain éteint le feu d'un autobus incendié le 1er mai 2015 à Guadalajara par des groupes qui ont déchaîné une vague de violences dans l'État de Jalisco (Hector Guerrero/AFP)
Un pompier mexicain éteint le feu d’un autobus incendié le 1er mai 2015 à Guadalajara par des groupes qui ont déchaîné une vague de violences dans l’État de Jalisco (Hector Guerrero/AFP)

Des violences dans l’État mexicain de Jalisco ont fait vendredi sept morts dont trois militaires tués par des tirs visant leur hélicoptère, tandis que des véhicules incendiés ont bloqué les accès de la ville de Guadalajara.

L’hélicoptère Cougar effectuait un vol au-dessus de l’État dans le cadre d’une opération antidrogue et transportait 18 hommes, dont 12 ont également été blessés, a indiqué le ministère mexicain de la Défense dans un communiqué.

Cette attaque est survenue dans le cadre de violences dans plusieurs points de cet État de l’ouest du Mexique, qui ont fait un total de sept victimes: les trois militaires, deux criminels présumés, un policier local et un civil, a rapporté sur Twitter le porte-parole de l’État, Gonzalo Sanchez.

Quinze personnes ont été arrêtées.

À Guadalajara, deuxième ville du pays, une dizaine de voies d’accès ont été bloquées dès 09h45 locales par des bus et des camions incendiés et un total de 29 barrages routiers ont été recensés dans tout l’État.

Quatre explosions de violences ont également été signalées ailleurs dans l’État, au cours desquelles 11 banques et 16 stations-service ont été incendiées, a rapporté à la presse le gouverneur Aristoteles Sandoval.

Ces violences ont éclaté le jour du lancement par les autorités de l’Opération Jalisco, destinée à combattre le crime dans cette région aux mains du cartel de la drogue Nouvelle Génération.

Des officiels ont récemment assuré que ce groupe criminel, dirigé par Nemesio Oseguera, alias « El Mencho », était devenu si puissant qu’il fabriquait ses propres armes.

Ces actions « sont une réaction à une opération visant à arrêter des dirigeants de ce cartel », a assuré M. Sandoval, sans nommer le groupe criminel.

Nouvelle Génération a déjà abattu 20 policiers dans deux embuscades en mars et avril.

Les assaillants de l’hélicoptère « ont attaqué les militaires avec des armes à feu, touchant le Cougar, qui a dû effectuer un atterrissage d’urgence », selon le communiqué du ministère de la Défense.

Les tireurs étaient postés sur une route entre Casimiro Castillo et Villa Purificacion, à proximité de la localité d’Autlan. Ils ont laissé derrière eux quatre véhicules, a ajouté le ministère.

L’appareil transportait 11 soldats, cinq membres d’équipage et deux policiers fédéraux.

Dans la ville d’Autlan, un affrontement entre forces de l’ordre et criminels présumés s’est soldé par la mort d’un policier et d' »un nombre indéterminé » de criminels, a indiqué plus tôt sur la chaîne de télévision Milenio Gonzalo Sanchez.

« Restez calmes. Si vous n’avez aucune raison de quitter votre domicile, ne sortez pas », a lancé sur Twitter à destination des habitants de Guadalajara le bureau du procureur de l’État de Jalisco.

« Tout le gouvernement est mobilisé. Nous redoublons la sécurité dans l’Etat », a écrit également sur Twitter le gouverneur Aristoteles Sandoval.

Avant cette flambée de violences, le gouvernement avait annoncé le lancement de l’Opération Jalisco, à laquelle participent la marine, la défense nationale, la police fédérale et le parquet général afin de « garantir la sécurité des citoyens et de combattre la criminalité ».

Après ses embuscades des mois de mars et avril, le cartel Nouvelle Generation avait dressé à Guadalajara des pancartes affichant des slogans hostiles aux autorités. Les autorités affirment qu’il recrute d’anciens militaires, notamment étrangers.

Le département américain du Trésor a annoncé le mois dernier l’adoption de sanctions contre cette organisation à laquelle il a attribué « un rôle significatif dans le trafic international de drogues ».

Les commentaires sont fermés.