Yémen: 32 civils tués par des obus en fuyant par la mer les combats à Aden

0
Des yéménites dégagent les décombres d'un immeuble détruit après avoir été visé par les rebelles chiites, le 5 avril 2015 à Aden, dans le sud du Yémen. (Saleh Al-Obeidi)
Des yéménites dégagent les décombres d’un immeuble détruit après avoir été visé par les rebelles chiites, le 5 avril 2015 à Aden, dans le sud du Yémen. (Saleh Al-Obeidi)

Au moins 32 personnes ont été tuées et 67 blessées mercredi par des tirs d’obus contre des civils fuyant par la mer les combats dans le centre d’Aden, a indiqué un responsable des services de santé de cette ville du sud du Yémen.

Ce bilan concerne les morts et blessés transportés dans les hôpitaux de la ville, a précisé ce responsable, en attribuant les tirs aux rebelles chiites Houthis. Les tirs ont touché un petit port de pêcheurs et une barge tirée par des remorqueurs qui se dirigeait en mer vers un autre port proche, relevant de la raffinerie d’Aden.

Ali al-Ahmadi, un responsable des Comités de résistance populaire, des groupes paramilitaires combattant les Houthis à Aden, a également accusé les rebelles d’être responsables de ces tirs.

« Le massacre commis par les Houthis et leurs alliés (des militaires fidèles à l’ex-président Ali Abdallah Saleh) a coûté la vie à des dizaines de civils », a-t-il affirmé à l’AFP.

Selon des habitants d’Aden, les Houthis ont mis la pression ces derniers jours sur le quartier de Tawahi où se trouve le siège d’Aden Télévision, favorable au président Abd Rabbo Mansour Hadi réfugié en Arabie saoudite.

Ces deux derniers jours, de nombreux habitants de Tawahi sont sortis de leur quartier par voie maritime, en utilisant la barge touchée mercredi et de petites barques.

Dans la matinée, le chef des forces fidèles au président yéménite pour trois provinces du sud a été tué par le tir d’un sniper rebelle dans la ville d’Aden, a annoncé un responsable de l’armée.

Le général Ali Nasser Hadi, sans lien de parenté avec le président Hadi en exil, a été touché mortellement alors qu’il organisait la défense du quartier de Tawahi.

Ce gradé avait été nommé commandant de la 4ème zone militaire qui couvre les provinces sudistes d’Aden, de Lahj et d’Abyane, après la fuite vers Ryad en mars du président Hadi, au début de la campagne aérienne de la coalition arabe conduite par l’Arabie saoudite.

Le 26 mars, cinq Etats du Golfe se sont alliés avec quatre autres nations arabes pour freiner l’avancée au Yémen des Houthis soutenus par l’Iran, et contrer ce qu’ils perçoivent comme une tentative de mainmise de Téhéran sur ce pays pauvre de la péninsule arabique.

Les commentaires sont fermés.