Yémen: la trêve tient en dépit de « violations »

0
Les livraisons de d'essence et d'aide humanitaire sont rendues très difficiles par les risques liés aux combats et par l'embargo sur les armes en direction du Yémen qui exige un contrôle strict de tous les cargos (Mohamed Huwais/AFP)
Les livraisons de d’essence et d’aide humanitaire sont rendues très difficiles par les risques liés aux combats et par l’embargo sur les armes en direction du Yémen qui exige un contrôle strict de tous les cargos (Mohamed Huwais/AFP)

La coalition menée par l’Arabie saoudite maintenait jeudi la trêve des raids aériens au Yémen en dépit de « violations » de la part des rebelles chiites, pour permettre la distribution de l’aide dans un pays où la situation humanitaire est jugée catastrophique par l’ONU.

La capitale Sanaa a vécu sa nuit la plus calme depuis le début de la campagne aérienne le 26 mars, selon un correspondant de l’AFP. La trêve tient dans le reste du pays malgré des échanges de tirs sporadiques dans des villes du sud.

La coalition a indiqué tôt jeudi avoir choisi la retenue en dépit de violations par les Houthis du cessez-le-feu entré en vigueur, pour cinq jours renouvelables, mardi soir.

« Les miliciens Houthis ont violé la trêve », a affirmé la coalition dans un communiqué, qui fait état de 12 cas de violation du cessez-le-feu le long de la frontière entre l’Arabie saoudite et le Yémen et au Yémen même. Pour autant, elle « réaffirme son plein attachement à la trêve humanitaire et à la retenue », ajoute le communiqué.

La coalition avait pourtant prévenu les Houthis qu’elle reprendrait ses raids aériens en cas de violation du cessez-le-feu initié par l’Arabie saoudite pour des raisons humanitaires.

La situation est « catastrophique » car le Yémen « manque de tout », a expliqué mercredi Dominique Burgeon, expert des situations d’urgence à l’Organisation des Nations unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO).

Le conflit provoque des coupures d’eau et d’électricité, une grave pénurie de carburant et de nombreuses victimes. Au moins 1.578 personnes ont été tuées et 6.504 blessées, selon un bilan établi au 9 mai et communiqué mercredi par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

L’aide s’accélère

La trêve a permis de décharger mercredi une cargaison de fuel d’un navire affrété par le Programme alimentaire mondial (PAM) au port de Hodeida sur la mer Rouge.

La ministre de l’Information en exil, Nadia al-Sakkaf, qui préside une commission de secours, a déclaré mercredi soir à Ryad que sept navires transportant de l’aide humanitaire avaient pu atteindre le Yémen « cette semaine ».

Cité par l’agence Saba, fidèle au président Abd Rabbo Mansour Hadi réfugié à Ryad, la ministre a précisé que trois bateaux avaient accosté à Hodeida (ouest), un à Aden (sud), deux à Moukalla, une ville du sud-est contrôlée par des combattants d’Al-Qaïda et le dernier à Mokkha sur la mer Rouge.

En plus, 18 camions-citernes chargés de carburant sont entrés à partir de l’Arabie saoudite dans la province du Hadramout (sud-est), en évitant le nord du pays contrôlé par les Houthis, a-t-elle ajouté.

Selon la ministre, 150 Yéménites bloqués en Jordanie sont rentrés mercredi à Sanaa grâce à un avion affrété par l’Organisation mondiale des migrations (OIM) et d’autres vols sont prévus.

Un responsable de l’aéroport de Sanaa a confirmé jeudi à l’AFP « une reprise progressive des vols » après la réparation de la piste qui été endommagée par des raids de la coalition. Un avion d’aide de Médecins sans frontières (MSF) et un autre de l’ONU étaient attendus jeudi.

Controverse avec l’Iran

Si le gouvernement yéménite en exil s’est félicité du doublement à 540 millions de dollars de l’aide humanitaire saoudienne, annoncé mercredi, il a indiqué refuser celle de l’Iran qu’il accuse de soutenir les rebelles Houthis.

Le ministre yéménite des Affaires étrangères en exil Ryad Yassine a accusé depuis la capitale saoudienne l’Iran d’avoir envoyé au Yémen un bateau sans l' »accord des autorités légitimes ».

Il a affirmé que « les mesures appropriées seraient prise contre ce bateau au cas où il entrerait dans les eaux territoriales yéménites », affirmant que son gouvernement examinait « une rupture des relations diplomatiques avec l’Iran ».

Téhéran a mis en garde mercredi les Etats-Unis contre toute tentative d’empêcher le navire d’atteindre le Yémen. Un haut gradé iranien, le général Masoud Jazayeri, a laissé entendre que l’Iran avait bien l’intention de délivrer l’aide dans un port yéménite, et non via la plateforme mise en place par l’ONU à Djibouti, comme le lui a demandé Washington.

Les commentaires sont fermés.