15h52 (HNE) Chérif Chekatt, l’auteur de l’attentat de mardi contre le marché de Noël à Strasbourg, a été tué par la police jeudi soir dans le quartier Neudorf, a-t-on appris de source proche du dossier.

16h57 (HNE) Le groupe armé État islamique revendique l’attentat de Strasbourg via l’agence Amaq et qualifie son auteur, Cherif Chekatt, de “soldat de l’Etat Islamique”

Après des années de retards, le Canada accepte enfin six hélicoptères CH-148 Cyclone

0


Les membres de la 12e Escadre se réunissent pour accueillir l’hélicoptère Cyclone à la 12e Escadre Shearwater, en juin 2015 (Combat Cam)

Les Forces armées canadiennes ont enfin franchi une étape importante concernant l’opération d’une nouvelle flotte d’hélicoptères maritimes avec l’acceptation officielle aujourd’hui de six CH-148 Cyclones, annonce le ministère de la Défense nationale.

Le ministre de la Défense Jason Kenney s’est joint à la ministre de Travaux publics et Services gouvernementaux Diane Finley et au ministre régional pour la Nouvelle-Écosse, le ministre de la Justice Peter McKay, à la 12e Escadre Shearwater aujourd’hui pour marquer cet important jalon.

Les six hélicoptères ont été acceptés conformément à l’horaire établi au mois de janvier 2014, et ont la capacité opérationnelle qui permettra aux Forces d’entamer la mise hors service des Sea Kings, annonce la Défense nationale.

Les aéronefs acceptés aujourd’hui seront basés à la 12e Escadre Shearwater et seront utilisés aux fins d’entraînements et d’essais par le personnel des Forces armées canadiennes, précise le communiqué de la Défense.

Bien que la flotte des Sea Kings continuera ses opérations jusqu’en 2018 pour permettre la transition vers la flotte des Cyclones, deux premiers Sea Kings seront donc enfin mis hors service cette année.

Le gouvernement du Canada franchit ainsi une étape importante concernant le projet des hélicoptères maritimes qui a connu plus que sa part d’ennuis et de retards.

Aujourd’hui, enfin!

«Aujourd’hui est une grande journée, tandis que nous franchissons une autre étape importante dans le projet des Cyclones. Je suis sûr que cet aéronef moderne améliorera la capacité de nos aviateurs et de nos matelots à travailler ensemble pour la défense du Canada contre les menaces actuelles et futures.», a déclaré, optimiste, le ministre de la Défense nationale, Jason Kenney.

Les capacités de l’aéronef continueront d’être améliorées par les livraisons futures, redit le communiqué de la Défense d’aujourd’hui et flotte des hélicoptères maritimes CH-148 Cyclone prendra entièrement la relève des Sea King en 2018.

À sa vitesse de croisière maximale de 250 km/h, les CH-148 Cyclones seront environ 10 % plus rapides que les CH-124 Sea King. De plus, le Cyclone est muni d’une cabine ayant un espace utilisable qui est 36 % plus grand, et il peut dépasser la portée et l’endurance du Sea King de 40 % à son poids maximal et relativement à la performance des capteurs.

« L’année dernière, notre gouvernement s’est engagé à fournir le premier hélicoptère maritime CH-148 Cyclone, et je suis heureuse d’être ici aujourd’hui pour les voir maintenant entre les mains sûrs des Forces armées canadiennes. Cela marque un jalon important dans notre Projet d’hélicoptères maritimes et fait preuve de notre engagement à équiper nos hommes et femmes en uniforme avec des hélicoptères de la fine pointe.», a conclu pour sa part la ministre de Travaux publics et Services gouvernementaux, Diane Finlay.

Une histoire qui remonte au début des années 1990

Le projet d’hélicoptères maritime remonte au début des années 1990 lorsque le gouvernement Mulroney a passé commande de nouveaux hélicoptères CH-149 Cormorant pour remplacer les Sea King, mais en 1993, les libéraux de Jean Chrétien fraîchement élus ont annulé le contrat non sans un coût pour les contribuables de 478 millions $.

En 2004, c’est le gouvernement libéral de Paul Martin qui acheta finalement les Cyclones de Sikorsky pour un coût estimé de 5,7 milliards $,

Le plan visait à acquérir 28 hélicoptères maritimes pour remplacer les CH-124 Sea Kings, qui avaient désormais atteint l’âge vénérable de 50 ans.

Embarqués à bord des frégates canadiennes en mission dans le Golfe Persique et ailleurs dans le monde, les Sea Kings ont été peu fiables pour cause de «grand âge». Les Cyclones, censés être plus efficaces pour patrouiller dans les mers agitées du monde avec leurs radars et leurs capteurs haute technologie, devaient rapidement prendre la relève.

Hélas, en 2004, les problèmes ne faisaient que commencer.

La saga du programme des Cyclones

Bien que Sikorsky devait à l’origine commencer sa livraison en novembre 2008, et la terminer en 2011, le Canada attendait encore, en 2015, que soit enfin complété ce programme marqué par les problèmes et les déceptions: plusieurs années de retard dans l’acquisition de ces hélicoptères, le budget anticipé dépassé et les appareils d’essais livrés à l’Aviation royale canadienne qui avaient de si nombreux problèmes que leur livraison n,a pu être acceptée.

Le programme allait si mal qu’à l’automne 2013, le ministère des Travaux publics avait fait savoir qu’il envisageait acheter un autre appareil, puisque le fabricant du Cyclone, Sikorsky, n’avait alors livré que quatre prototypes, tous rejetés par le ministère de la Défense, car «non conformes».

Plusieurs fonctionnaires du ministère des Travaux Publics ont fait le tour des concurrents de Sikorsky, cette année là, afin d’obtenir des informations détaillées, des prix et des dates de livraison probables si le gouvernement conservateur décidait d’annuler le contrat en cours.

Mais, finalement, le gouvernement fédéral de Stephen Harper a décidé de revenir sur sa décision d’annuler le contrat d’achat d’hélicoptères CH-148 Cyclone du fabriquant Sikorsky et les deux parties ont conclu une nouvelle une entente de principe le 31 décembre 2013.

Selon cette entente de principe, le Canada devait enfin recevoir livraison d’hélicoptères à capacité opérationnelle «suffisante» pour entreprendre le retrait des Sea Kings en 2015. Un programme d’amélioration des capacités doit aussi selon l’entente être mis en place de manière à obtenir des hélicoptères CH-148 Cyclone pleinement opérationnels en 2018.

Et Sikorsky s’est vu infliger une amende de près de 90 millions $ pour le retard accumulé dans son programme de construction des CH-148 Cyclone.

Une fin heureuse?

Dans un mea culpa quasi sans précédent, le président de Sikorsky Mick Maurer avait déclaré en 2014 «Nous reconnaissons qu’il faut faire mieux et qu’il en va de même pour nos sous-traitants. Nous avons complètement restructuré nos méthodes et ajouté un nombre considérable de ressources humaines et d’experts techniques ».

Mais il semble aujourd’hui que l’histoire aura tout de même une fin heureuse. On devrait donc enfin pouvoir souhaiter une bonne retraite au vénérables Sea Kings qui ont fidèlement servi le Canada pour plus de 50 ans alors que s’ouvrira enfin, après toutes ses années de retards, le chapitre de la nouvelle génération d’hélicoptères maritimes à meilleures capacités que le Canada attend depuis si longtemps.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.