Attaque des rebelles sur plusieurs fronts de la zone frontalière saoudienne

0
Attaque le 5 juin 2015 des rebelles yéménites sur plusieurs fronts de la zone frontalière saoudienne (Archives/Abdullah Hassan/AFP)
Attaque le 5 juin 2015 des rebelles yéménites sur plusieurs fronts de la zone frontalière saoudienne (Archives/Abdullah Hassan/AFP)

Les forces rebelles yémenites restées fidèles à l’ex-président Ali Abdallah Saleh ont lancé plusieurs attaques vendredi dans la zone frontalière saoudienne, provoquant des combats qui ont tué quatre Saoudiens et fait plusieurs dizaines de morts côté yéménite, a indiqué samedi matin la coalition conduite par Ryad.

« Par la grâce de Dieu, les forces armées saoudiennes ont été en capacité aujourd’hui de repousser une offensive lancée par la partie yéménite en plusieurs endroits à Jazan et Najran », deux districts frontaliers saoudiens, a précisé un communiqué de l’Agence de presse officielle saoudienne.

« Cette offensive a été coordonnée, planifiée et mise à exécution par une formation de la Garde républicaine rattachée à l’ancien président Ali Abdallah Saleh avec le soutien des milices (chiites) houthies », poursuit le texte.

L’annonce de ces attaques intervient alors que la rébellion chiite au Yémen a accepté vendredi de participer à des pourparlers avec le gouvernement à Genève, initiés par l’ONU pour tenter de mettre fin à la guerre qui ravage ce pays de la péninsule arabique.

Aucune date n’a été fixée officiellement pour ces discussions mais selon des diplomates à New York, elles commenceront le 14 juin. Leur but est la mise en place d’un cessez-le-feu, d’un plan de retrait des rebelles des zones conquises et d’un accroissement de l’aide humanitaire, ont-ils précisé.

Les rebelles exigeaient jusqu’ici un arrêt des frappes aériennes qu’une coalition arabe sous commandement saoudien mène depuis le 26 mars pour rétablir l’autorité du président Abd Rabbo Mansour Hadi, exilé à Ryad, et empêcher ces insurgés de prendre le contrôle de l’ensemble du pays.

Le conflit a fait près de 2.000 morts et poussé plus de 545.000 personnes à quitter leur foyer, selon l’ONU.

Les commentaires sont fermés.