Bruxelles: le ministre Kenney a rencontré le secrétaire à la Défense des États-Unis, Ashton Carter

0
Le ministre Jason Kenney a rencontré le secrétaire à la Défense des États-Unis, Ashton Carter, en marge de la réunion des ministres de la Défense de l'OTAN à Bruxelles le 24 juin 2015 (Compte Twitter/@jkenney)
Le ministre Jason Kenney a rencontré le secrétaire à la Défense des États-Unis, Ashton Carter, en marge de la réunion des ministres de la Défense de l’OTAN à Bruxelles le 24 juin 2015 (Compte Twitter/@jkenney)

Mercredi 24 juin, dans le cadre de leur première rencontre depuis qu’ils occupent leurs postes respectifs, le ministre de la Défense Kenney a rencontré le secrétaire à la Défense des États-Unis, Ashton Carter, en marge de la Réunion des ministres de la Défense de l’OTAN à Bruxelles, en Belgique, annonce le ministère canadien de la Défense.

Accompagnés de cadres supérieurs de la Défense canadiens et américains et de militaires haut gradés, les deux ministres ont discuté de plusieurs enjeux communs en matière de défense.

Parmi les enjeux cités par le communiqué de la Défense canadienne, on retrouve le progrès de la mise en œuvre du Plan d’action réactivité (PAR) de l’OTAN, l’ensemble de mesures adoptées par les pays de l’OTAN pour aider l’Alliance à s’adapter à l’environnement de sécurité changeant, les actes d’agression continus et l’interférence de la Russie en l’Ukraine, le déploiement à venir de membres des FAC, qui se joindront à la mission d’entraînement en cours de l’Ukraine, à laquelle les É.-U. participent également, et le Commandement de la défense aérospatiale de l’Amérique du Nord (NORAD).

«J’ai été très heureux de rencontrer le secrétaire Carter pour la première fois et d’avoir eu une discussion fructueuse portant sur des enjeux importants communs. Qu’il s’agisse de notre collaboration par l’entremise de l’OTAN, à notre travail avec la coalition internationale contre l’EI, de nos activités quotidiennes avec NORAD, ou de la défense de l’Amérique du Nord, nos deux pays entretiennent une relation unique en matière de défense», a déclaré le ministre Kenney.

Avant cette rencontre avec Ashton Carter ce mercredi 24 juin à Bruxelles, le ministre Kenney, en compagnie du ministre associé de la Défense, Julian Fantino, avaient le 15 juin rencontré à Ottawa le sous-secrétaire à la Défense des États-Unis, Robert Work, préalablement aux célébrations soulignant le 75e anniversaire de la Commission permanente mixte de défense qui avaient lieu le lendemain.

À Bruxelles, le ministre canadien a souligné une fois encore que les États-Unis sont le principal allié et partenaire de défense du Canada. Les relations de défense et de sécurité entre les deux pays existent depuis longtemps, elles sont bien ancrées et ont beaucoup de succès. L’étroite relation de défense entre le Canada et les États-Unis apporte aux deux pays un niveau de sécurité plus élevé que celui qu’ils pourraient atteindre chacun de leur côté, a souligné le ministre canadien.

Le Canada et les États-Unis continueront ensemble la lutte contre l’EI

La réunion de mercredi à Bruxelles a aussi été l’occasion pour les deux responsables de la Défense de discuter des efforts continus de la coalition en Irak et en Syrie.

Ashton Carter et Jason Kenney ont examiné la collaboration en cours entre les Etats-Unis et au Canada dans les opérations de lutte contre le groupe armé État Islamique en Irak et la Syrie.

Le ministre Kenney, dit le communiqué d’Ottawa, a réitéré à cette occasion l’appui du Canada visant à contrer la menace que pose l’EI et à apporter de la stabilité à la région. Il a aussi parlé de la contribution militaire canadienne, qui a été prolongée pour une période de 12 mois, soit jusqu’à la fin de mars 2016, et a étendu les opérations aériennes des FAC en Syrie. Le ministre Kenney s’est également dit préoccupé par le sort des minorités religieuses en Irak et en Syrie.

Le Secrétaire à la Défense des États-Unis a félicité le Canada pour ses contributions – en particulier ses efforts de formation des forces irakiennes et kurdes dans le nord de l’Irak, dit le Pentagone, et les deux dirigeants ont discuté « de la façon dont les États-Unis et le Canada peuvent continuer à travailler ensemble sur cette question ».

Le ministre Kenney rencontre ses homologues de quatre autres pays de l’OTAN

À Bruxelles, toujours en marge de la réunion des ministres de la Défense, le ministre Kenney a aussi eu des rencontres bilatérales avec ses homologues de quatre autres pays membres de l’OTAN:

«Je suis heureux d’avoir eu l’occasion de rencontrer mes homologues dans divers pays membres de l’OTAN. Le Canada renforce sa relation avec ces pays tandis qu’ils s’élèvent de concert contre les agressions continues de la Russie.», a-t-il déclaré.

Lors de sa rencontre avec le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, le ministre canadien a soulevé l’engagement des deux pays à promouvoir la paix dans le contexte des crises de sécurité constantes au Moyen-Orient et en Europe de l’Est, ainsi que des façons d’accroître la coopération militaire, l’échange de renseignements et les initiatives stratégiques entre le Canada et la France.

Le ministre a également rencontré son homologue croate, le ministre Ante Kotromanović, afin de confirmer la relation solide entre le Canada et la Croatie en matière de défense,

Il a aussi rencontré aussi le ministre estonien de la Défense Sven Mikser, soulignant l’importance de la relation entre le Canada et l’Estonie sur le plan de la défense dans le contexte des agressions russes dans la région de la mer Baltique.

Le ministre Kenney a souligné lors de sa rencontre avec le ministre estonien que le Canada était fier que ses militaires s’entraînent et mènent des exercices aux côtés des forces armées estoniennes à l’appui des mesures d’apaisement de l’OTAN, de même qu’heureux d’appuyer les travaux du Centre d’excellence de l’OTAN pour la cyberdéfense en coopération à Tallinn.

Et, finalement, le ministre Kenney a rencontré son homologue portugais, le ministre de la Défense nationale Jose-Pedro Aguiar-Branco, et a réitéré son engagement à l’égard du Plan de réaction rapide de l’OTAN et de sa mise en œuvre dans le contexte de la sécurité mondiale.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.