Collège militaire royal du Canada: formation sur l’inconduite sexuelle dès cet automne

0
Les célébrations de fin d'année au Collège militaire royale de Kingston les 14 et 15 mai 2015 (Jérémie Fraser)
Les célébrations de fin d’année au Collège militaire royale de Kingston les 14 et 15 mai 2015 (Archives/Jérémie Fraser)

En pleine tourmente avec les procès d’élèves-officiers pour inconduite sexuelle et alors que l’ensemble du monde militaire canadien est aux prises avec ce problème dont on a découvert l’ampleur que tout récemment, le Collège militaire royale (CMRC) Kingston a prévu dorénavant une formation axée sur le harcèlement et l’inconduite sexuelle.

Dès cet automne, cette formation fera partie du Plan d’intervention et de prévention du harcèlement et de l’inconduite sexuelle du Collège.

De plus, nous apprend le CMRC, les membres de l’Équipe d’intervention stratégique des Forces armées canadiennes en matière d’inconduite sexuelle, dirigée par le lieutenant-général Christine Whitecross, visiteront le Coll`ge à l’automne dans le cadre de leurs séries d’assemblées locales organisées à l’échelle du pays afin d’accroître la sensibilisation à l’égard des comportements sexuels inappropriés dans les Forces armées.

Cette visite sera aussi l’occasion de décrire le plan d’action élaboré en réponse au rapport suivant l’examen de l’autorité externe sur les comportements sexuels inappropriés.

« J’ai hâte d’entendre la rétroaction de cette équipe ainsi que des membres de la faculté et du personnel afin que nous puissions continuer à améliorer notre capacité d’adaptation en ce qui concerne cette sérieuse question d’inconduite sexuelle », a déclaré à ce propos le brigadier-général Sean Friday, commandant du Collège militaire royal du Canada.

Poudre aux yeux ou un pas dans la bonne direction

Toutefois, pour Me Michel Drapeau, ex-colonel devenu spécialiste du droit militaire, et qui est très impliqué dans la recherche de solutions au problème de harcèlement et d’inconduite sexuelle, il s’agit là d’un geste très modeste, voire même timide, qui ne va pas au cœur du problème et qui ne va rien régler.

Ça ne vas surtout pas régler le problème des 70% de cas d’agressions sexuelles qui ne sont pas rapportés parce que les victimes ont peur des conséquences sur leur carrière, de la perte de confidentialité, du manque de respect de leur vie privée et entretiennent un doute profond concernant la capacité de la chaîne de commandement de réagir de façon adéquate et avec la sensibilité nécessaire.

Me Drapeau, abondant dans le même sens que l,ex-juge Marie Deschamps, auteur du rapport externe sur les comportements sexuels inappropriés remis au chef d’état-major en mars, tant que ces cas ne seront pas, comme dans plusieurs pays, du ressort de la justice civile et non de la justice militaire, toutes les autres mesures resteront vaines.

Quant à elle, Julie Lalonde, une spécialiste du harcèlement sexuel invitée il y a quelques mois au Collège militaire royal du Canada et qui se serait vue elle-même harcelée par des élèves-officiers qui n’auraient pas appréciés certains commentaires qu’elle aurait émis, elle se réjouit tout de même de cette initiative.

« Le but de mes présentations en octobre était de former les cadets sur le harcèlement et leur rôle comme témoins et entourage. Alors, c’est clair que je supporte de la formation obligatoire à ce sujet dorénavant », écrit Mme Lalonde à 45eNord.ca.

« Comme j’ai répété plusieurs fois, quand le Collège m’a invitée le printemps passé, j’ai pensé que c’était très impressionnant, car c’est rare qu’un collège ou une université oblige ses étudiants à participer à des formations de cette nature », poursuit elle.

Bémol, cependant! « Maintenant, il reste à voir le contenu de la formation et l’expertise des personnes qui vont le présenter », souligne par contre la spécialiste.

Un problème qui ne peut pas être isolée

« Toute allégation d’inconduite sexuelle au CMRC me préoccupe grandement, et nous sommes perturbés par les récentes allégations à cet effet. L’inconduite sexuelle et un acte répréhensible et va complètement à l’encontre des valeurs que nous prônons dans les FAC. Bien que la grande majorité des élèves-officiers respectent nos valeurs, un seul incident est inacceptable. Je m’engage à faire en sorte de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour inculquer les valeurs les plus élevées et faire observer l’éthique et les normes de conduites », a déclaré pour sa part le brigadier-général Friday.

Pour le commandant de l’institution qui forme ceux qui seront demain les dirigeants de nos forces armées, le problème d’inconduite sexuelle ne peut pas être isolé et fait partie de l’éducation que doivent recevoir les futurs chefs militaires.

Pour le commandant du CMRC, cette formation axée sur le harcèlement et l’inconduite sexuelle que les élèves-officiers recevront à compter de cet automne n’est donc pas vaine. « Les élèves-officiers du Collège militaire royal du Canada (CMRC) sont de jeunes Canadiens qui doivent apprendre et intégrer l’éthos des Forces armées canadiennes (FAC) et les valeurs militaires que sont le sens du devoir, la loyauté, l’intégrité et le courage. Le CMRC leur offre la formation et l’éducation sur lesquelles se base leur engagement de service au Canada », souligne le brigadier-général Friday.

« Nous continuerons de tenir les contrevenants responsables et ferons en sorte que les dirigeants, les superviseurs et les témoins s’acquittent de leurs tâches lorsqu’il s’agit d’intervenir en cas d’incidents ou de préoccupations », a par ailleurs déclaré le commandant du Collège. « Les victimes continueront d’avoir accès à des services de soutien efficaces, soignants et compatissants. Je suis déterminé à faire en sorte que le CMRC soit une institution dont les Canadiens pourront continuer d’être fiers ».

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.