France: attaque terroriste, une personne morte décapité et deux blessés près de Lyon

0

Attentat en Isère : la femme du suspect réagit par Europe1fr Attentat en Isère: la femme du suspect réagit (Europe 1) Près de six mois après les attentats sanglants de Paris, une personne est morte décapitée et deux autres ont été blessées ce vendredi dans un attentat djihadiste contre un site industriel français sensible, une usine de gaz industriels près de Lyon (centre-est). L’auteur présumé, Yassine Salhi, qui avait déjà été fiché par la police, a été arrêté.

—–

Mise à jour du ministère français de l’Intérieur à 11h18 (heure de Montréal) Les points essentiels

  • Le 26/06/15, un acte terroriste a été commis dans l’usine Air Products de Saint-Quentin Fallavier en Isère
  • Un véhicule a percuté des bombonnes de gaz de l’usine provoquant ainsi une explosion
  • Deux personnes ont été blessées dans l’explosion
  • Une victime, dont la tête décapitée a été retrouvée, est en cours d’identification
  • Le Parquet de Paris a été saisi de l’enquête
  • Yassine Salhi, auteur supposé, a été arrêté: il avait fait l’objet d’une fiche S en 2006 pour radicalisation, non renouvelée en 2008, et n’a pas de casier judiciaire
  • Un conseil restreint s’est tenu à l’Elysée à 15h30
  • Le plan Vigipirate est renforcé en Rhône-Alpes pendant 3 jours


——

L’homme décapité lors de l’attentat était l’employeur de Yassine Salhi, l’auteur présumé de l’attaque qui a été interpellé,

La tête de la victime, patron d’une entreprise de la région, a été retrouvée accrochée au grillage du site, une usine du groupe américain Air Products à Saint-Quentin-Fallavier. Elle était entourée de deux drapeaux islamistes, signe d’une mise en scène.selon une source proche du dossier.

Son corps a lui été retrouvé à l’intérieur de l’entreprise.

La victime, quadragénaire, dirigeait une entreprise de transport disposant d’une habilitation pour entrer sur le site d’Air Products et c’est à bord d’un de ses véhicules que Yassin Salhi a pu pénétrer à l’intérieur de l’enceinte.

C’est la première fois en France qu’une décapitation a lieu lors d’une attaque terroriste, une pratique en revanche fréquemment utilisée en Syrie et en Irak par le groupe État islamique (EI). L’homme retrouvé mort est «une victime innocente qui a été assassinée et abjectement décapitée», a déclaré pour sa part le ministre français de l’Intérieur Bernard Cazeneuve, qui s’est rendu à la mi-journée sur les lieux.

Il a appelé à «la retenue et la dignité» après la découverte macabre de la tête du défunt, accrochée à un grillage près de drapeaux islamistes.

«Le terrorisme islamiste a frappé une nouvelle fois la France», a réagi de son côté le premier ministre Manuel Valls, en déplacement à Bogota, en dénonçant un «scénario abject» avant d’écourter son voyage en Amérique latine pour rentrer à Paris.

L’auteur présumé de l’attentat, Yassine Salhi, 35 ans, n’avait pas de casier judiciaire, mais il avait été fiché en 2006 par les services de renseignements français pour radicalisation et était en lien avec la mouvance salafiste, a révélé le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve.

La fiche n’avait toutefois par été renouvelé en 2008 a précisé le ministre, qui a indiqué que le suspect a été arrêté après l’attentat.

Madrid dénonce la « barbarie », Berlin la « haine aveugle »

L’Allemagne et l’Espagne ont condamné vendredi l’attentat contre une usine en France où un cadavre décapité a été retrouvé, fustigeant une « haine aveugle » et s’affirmant unis contre « la barbarie ». « Je condamne fermement l’attentat » commis en France. « Les démocrates feront toujours front contre la barbarie », a écrit Mariano Rajoy sur son compte twitter.

L’Allemagne et la France sont « unies contre la haine aveugle du terrorisme », a de son côté déclaré le ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier. « Nous condamnons dans les termes les plus durs cet acte de terrorisme et de fanatisme », a ajouté M. Steinmeier, dans un communiqué diffusé par ses services.

À la suite des événements en Isère, un Conseil restreint présidé par François Hollande s’est tenu cet après-midi à l’Élysée Auparavant, de Bruxelles où il participait à un sommet européen, le président français a lui aussi confirmé que le suspect avait été « arrêté » et « identifié », et évoqué un possible deuxième auteur dans cet attentat qui a fait un mort et deux blessés légers.

Le président Hollande a déclaré que l’attaque contre une usine dans l’Isère, dans l’est de la France, était « de nature terroriste dès lors qu’il a été retrouvé un cadavre décapité avec des inscriptions » sur les lieux.

Laa section antiterroriste du parquet de Paris se saisit donc des faits survenus ce jour, a indiqué par ailleurs un communiqué du bureau du procureur de la République. Une enquête de flagrance confiée à la Sous-direction anti-terroriste (SDAT) et ;a la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) est donc ouverte, poursuit le communiqué, des chefs de:

  • assassinat et tentative d’assassinat en bande organisée en en relation avec une entreprise terroriste
  • destruction dégradation par l’effet d’une substance explosive en bande organisée en en relation avec une entreprise terroriste
  • association de malfaiteurs terroristes en vue de commettre des crimes d,atteinte aux personnes.
  • *Avec AFP

    Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

    Les commentaires sont fermés.