Harper visite le NCSM Fredericton en Mer Baltique, deux frégates russes s’approchent

0
Le NCSM Fredericton est en mer Baltique pour participer à l'exercice BALTOPS 2015 de l'OTAN dans le cadre de son déploiement pour l’opération REASSURANCE (Forces canadiennes)
Le NCSM Fredericton est en mer Baltique pour participer à l’exercice BALTOPS 2015 de l’OTAN dans le cadre de son déploiement pour l’opération REASSURANCE (Forces canadiennes)

Le Premier ministre Stephen Harper a rendu visite ce mercredi 10 juin à l’équipage du NCSM Fredericton, affecté en ce moment à un groupe des forces navales permanentes de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) qui patrouille la mer Baltique dans le cadre des mesures d’apaisement de l’OTAN visant à promouvoir la sécurité et la stabilité en Europe centrale et de l’Est.

Il était accompagné du ministre de la Défense Jason Kenney.

Alors que le premier ministre et son entourage était à bord, deux frégates russes se sont approchées mercredi du navire de guerre canadien, rapporte par ailleurs la Presse Canadienne.

Elles ne représentaient toutefois aucune menace, selon le commandant NCSM Fredericton. Le commandant Jeffrey Murray a expliqué que la frégate canadienne se dirigeait au sud, vers la Pologne alors que les deux frégates russes avaient mis le cap vers l’est-sud-est.

Elles ne se sont pas approchées à plus de sept miles nautiques (13 kilomètres) du navire canadien.

Le commandant Murray a bien confirmé que les mouvements des frégates n’étaient pas menaçants et n’avaient pas interféré avec les exercices et les opérations du Fredericton et de l’OTAN, expliquant qu’il s’attendait « pleinement à ce qu’ils (les Russes) se tiennent au fait de la situation, comme le font toutes les armées. Donc je dirais qu’ils font ce que nous faisons, et ils s’assurent de savoir quels navires se déplacent dans les eaux près de leurs points d’intérêt», a dit le commandant Murray ».

Curieusement, c’est la première ministre polonaise Ewa Kopacz, qui a annoncé hier la visite du premier ministre canadien, alors en visite en Pologne, au NCSM Fredericton.

Lors d’une déclaration conjointe avec Stephen Harper après leur rencontre à Varsovie, Mme Kopacz avait annoncé cette visite qui n’avait pas été annoncé jusque là par le bureau du premier ministre canadien, peut-être pour éviter tout incident…

Le premier ministre remercie les membres de l’équipage

Le Premier ministre Stephen Harper rend visite le 10 juin 2015 à l’équipage du NCSM Fredericton en mer Baltique.(PMO)
Stephen Harper est donc arrivé au navire de guerre hier soir, rapporte le bureau du premier ministre canadien. Il a dormi à bord et a rencontré les membres de l’équipage, avec qui il a dîné. Il en a profité, précise le communiqué du bureau du premier, pour les remercier personnellement du soutien qu’ils offrent aux alliés de l’OTAN en Europe centrale et de l’Est,

«Ce fut un plaisir de passer la nuit dans le NCSM Fredericton et d’avoir eu l’occasion de remercier en personne les membres de l’équipage pour le travail essentiel qu’ils font afin de promouvoir la stabilité et la sécurité en Europe centrale et de l’Est.», a déclaré le chef du gouvernement canadien.

«L’agression persistante de la Russie en Ukraine nous rappelle durement que le Canada doit continuer de tout mettre en œuvre, autant sur le plan bilatéral que de concert avec ses alliés, pour faire pression sur le régime Poutine afin que celui-ci cesse ses actes illégaux et respecte ses engagements dans le cadre de l’Accord de Minsk. Le régime Poutine subira les conséquences constantes de ses actes jusqu’à ce que la véritable paix soit rétablie et que l’Ukraine retrouve sa souveraineté territoriale.», a ajouté le premier ministre Harper.

Le NCSM Fredericton et l’exercice BALTOPS 2015

Le NCSM Fredericton est une frégate de la classe Halifax dotée d’un équipage de 250 membres de tout grade, de même que d’un hélicoptère CH-124 Sea King et d’un détachement aérien. Il a pour port d’attache la base des Forces canadiennes à Halifax.

En novembre 2014 a pris fin le carénage du NCSM Fredericton, qui s’inscrivait dans le projet de modernisation et de prolongation de la vie de l’équipement des frégates (MCH/FELEX). C’est la première frégate modernisée de la Marine royale canadienne à être déployée. Ce navire polyvalent dispose d’un nouveau système de gestion du combat, d’une nouvelle capacité radar, d’un nouveau système de guerre électronique, des systèmes de communication et de missiles améliorés et d’un nouveau système de contrôle intégré de plateforme.

Le NCSM Fredericton s’est joint le 5 juin à l’exercice BALTOPS 2015 dans le cadre de son déploiement pour l’opération REASSURANCE, la réponse du Canada à l’agression militaire du régime Poutine envers l’Ukraine et sa posture menaçante en Europe de l’Est.

Sous le commandement du Groupe maritime permanent de l’OTAN 2 (SNMG2), le NCSM Fredericton participera à l’exercice maritime multinational du 5 au 20 juin 2015. L’exercice est conçu pour améliorer la souplesse opérationnelle et l’interopérabilité, de même que pour démontrer la détermination de l’OTAN et des forces partenaires à défendre la région baltique.

Fin de la tournée européenne du premier ministre Harper

La visite du chef du gouvernement canadien au NCSM Fredericton faite dans le cadre de sa tournée européenne au cours de laquelle il a jusqu’à maintenant effectué sa troisième visite en Ukraine le 6 juin où il est débarqué dans une véritable poudrière, alors que les combats meurtriers s’intensifiaient dans l’est du pays. Il a ensuite participé les 7 et 8 juin au sommet du G7 en Allemagne, concentré encore une fois sur la crise ukrainienne, puis a rendu visite les 8 et 9 juin aux dirigeants polonais avec qui il a signé une déclaration d’intention en matière de coopération militaire.

Les 10 et 11 juin, le premier ministre Harper conclura sa tournée européenne à la Cité du Vatican et à Rome, où il aura notamment une rencontre avec le pape François.

Il y a été précédé aujourd’hui par nul autre que Vladimir Poutine lui-même qui a rencontré le premier ministre italien Matteo Renzi en marge d’une visite à l’Exposition universelle de Milan. Le monde a besoin de la Russie pour résoudre ses problèmes, même si le dossier ukrainien reste un point de désacord, a estimé pour sa part mercredi le chef du gouvernement italien Matteo Renzi qui, tout en condamnant l’agression russe, a une position beaucoup plus nuancé que le premier ministre canadien qui ne rate jamais une occasion de pourfendre les Russes.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.