La Nasa teste un parachute supersonique, le plus grand jamais déployé

0
Dessin du véhicule d'essai LDSD)(Low-Density Supersonic Decelarator) de la NASA, conçu pour tester les technologies d'atterrissage pour les futures missions sur Mars (JPL-Caltech/NSA)
Dessin du véhicule d’essai LDSD (Low-Density Supersonic Decelarator) de la NASA, conçu pour tester les technologies d’atterrissage pour les futures missions sur Mars (JPL-Caltech/NSA)

L’Agence spatiale américaine prévoit de tester mercredi le plus grand parachute jamais déployé, une technologie qui lui sera notamment nécessaire pour faire atterrir des vaisseaux spatiaux transportant des hommes sur la planète Mars.
—–
Mise à jour au 08/06/2015

Le lancement du 4 juin avait lui aussi été repoussé en raison de conditions météorologiques. Puis, aujourd’hui, lundi, il y a bien eu lancement, mais la Nasa a échoué à déployer complètement le parachute supersonique géant destiné à freiner la « soucoupe volante » de trois tonnes.

C’était le deuxième essai sur les trois prévus de cette technologie de freinage d’entrée dans l’atmosphère. Lors de la première tentative en juin 2014 le parachute s’était déchiré au tout début de la descente. Conférence de la NASA demain à 13h.

—– Mise à jour au 03/06/2015

Le lancement est maintenant repoussé au 4 juin à 13h30 ET en raison de conditions défavorables à la récupération.

—-

L’essai de ce parachute, qui sera attaché à une capsule baptisée « soucoupe volante » en raison de sa forme, sera effectué à 13H30 (17H30 GMT). Comme l’atmosphère sur Mars n’est pas très dense, tout parachute destiné à ralentir un vaisseau spatial lourd et se déplaçant à grande vitesse devra être particulièrement solide.

La Nasa a commencé à tester cette technologie dès 1976 en envoyant sa mission Viking qui a envoyé deux robots sur Mars. Mais avec l’objectif d’envoyer des hommes sur la Planète Rouge à l’horizon 2030, l’agence spatiale américaine va tester des parachutes de nouvelle génération, à la technologie plus avancée, qui permettront à de plus gros appareils de se poser en douceur.

« On veut voir si le parachute peut se déployer et décélérer le véhicule de test alors qu’il est en vol supersonique », a expliqué le Jet Propulsion Laboratory de la Nasa dans un communiqué.

Le véhicule de test pèsera un peu plus de trois tonnes, soit deux fois le poids des véhicules que la Nasa est actuellement capable de faire atterrir sur Mars.

Le parachute (« Low-Density Supersonic Decelerator », ou LDSD), décrit par l’Agence comme « le plus grand parachute jamais déployé », fait 30 mètres de diamètre. Son but sera de « réduire la vitesse d’entrée du véhicule de Mach 2 à une vitesse subsonique ».

Pour le test, la Nasa enverra sa soucoupe volante et son parachute jusqu’à une altitude de 37 kilomètres au-dessus de l’Océan Pacifique, à l’aide d’un ballon géant. Celui-ci lâchera alors la soucoupe, qui sera emmenée encore plus haut, jusqu’à 55 kilomètres d’altitude, grâce à des fusées d’appoint: le véhicule atteindra alors des vitesses supersoniques.

La soucoupe se déplacera à 2,35 fois la vitesse du son quand le parachute se déploiera pour aider la soucoupe à se poser sur l’Océan Pacifique, a précisé la Nasa.

Cette nouvelle technologie est testée à très haute altitude, car les conditions y sont similaires à celles de la haute atmosphère de Mars.

Un premier test s’était déroulé en juin 2014, mais un parachute différent avait été testé, qui n’avait pas donné satisfaction: il ne s’était pas gonflé comme prévu et s’était déchiré. Un nouvel essai est d’ores et déjà programmé pour 2016.

Les commentaires sont fermés.