La Russie met en garde Washington contre le déploiement de missiles en Europe

0
Un missile balistique à portée intermédiaire missile Jupiter doté de l'arme nucléaire, comme ceux que les États-Unis avaient déployé en Italie dans les années soixante, pendant les année de guerre froide avec l'Union soviétique (US Air Force)
Un missile balistique à portée intermédiaire missile Jupiter doté de l’arme nucléaire, comme ceux que les États-Unis avaient déployé en Italie dans les années soixante, pendant les année de guerre froide avec l’Union soviétique (US Air Force)

La Russie a mis en garde les États-Unis jeudi contre le déploiement de missiles américains de courte et moyenne portée en Europe, appelant Washington à ne pas remettre en cause le régime de non-prolifération.

« Il est clair que de tels actes signifieraient la destruction totale par la partie américaine du régime établi par le Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI), avec toutes les conséquences qui en découlent », a déclaré le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué.

« Nous appelons les États-Unis à assurer le respect absolu du traité FNI et à ne pas mettre en danger la viabilité de ce document », a souligné le ministère.

Des responsables du Pentagone ont indiqué la semaine dernière que Washington était en train d’étudier différentes options, face à la violation présumée par la Russie de ce traité bannissant les missiles de portée intermédiaire, notamment par le déploiement de nouveaux missiles en Europe.

Parmi ces options figure notamment le déploiement de missiles terrestres de croisière en Europe.

Signé en 1987 par le dernier dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev et le président américain Ronald Reagan, le traité oblige les deux États parties à détruire tous leurs missiles balistiques et de croisière lancés à partir du sol ayant une portée comprise entre 500 et 1.000 kilomètres, et ceux dont la portée est comprise entre 1.000 et 5.500 kilomètres.

Moscou a également dénoncé les « projets des États-Unis de déployer en Roumanie et en Pologne des systèmes de lancement vertical, capables de lancer des systèmes antimissiles tout comme des missiles de moyenne portée ».

« Un tel déploiement serait une violation directe du traité FNI » qui interdit aussi les essais en vol, ainsi que la modernisation et la production de tels missiles, prévient le ministère.

Depuis l’entrée en vigueur du traité le 1er juin 1988, la Russie et les États-Unis se sont accusés à plusieurs reprises de l’avoir violé.

Washington a ainsi accusé Moscou la semaine dernière d’avoir testé un missile terrestre de croisière interdit par le traité. Moscou a dénoncé des accusations « infondées », estimant qu’il n’y avait « aucune preuve à l’appui ».

Les commentaires sont fermés.