Le Canada affirme son soutien «inébranlable» à Israël

0
Rob Nicholson et Benjamin Netanyahou (Amar Awad/AFP)
Rob Nicholson et Benjamin Netanyahou (Amar Awad/AFP)

Le chef de la diplomatie canadienne Robert Nicholson a affirmé mercredi à Jérusalem le soutien «inébranlable» de son pays à Israël et affirmé que le contexte régional ne laissait guère de choix à Israël pour se défendre contre les menaces.

Les propos du ministre canadien, prononcés lors d’une rencontre avec le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou, sont une manifestation de soutien d’une rare éloquence dans un contexte de forte pression internationale sur Israël.

«Nous ne pensons pas avoir de meilleurs amis que le Canada», a dit M. Netanyahou.

«Je suis ici pour montrer avec emphase le soutien inébranlable du Canada à Israël», a dit le ministre canadien lors de sa première visite en Israël depuis sa prise de fonctions début 2015.

«Nous comprenons bien que le voisinage d’Israël est aussi dangereux que celui du Canada est pacifique. Et nous savons bien que les dirigeants d’Israël n’ont pas d’autre choix que de prendre à tout moment toutes les mesures nécessaires pour protéger (Israël) contre les forces ouvertement déterminées à le détruire», a-t-il dit.

«Il y a longtemps que nous refusons de rester neutres pour ce qui est de notre soutien au droit d’Israël à se défendre contre les extrémistes violents», a-t-il dit.

Après la formation, en mai, du nouveau gouvernement de M. Netanyahou, l’un des plus à droite de l’histoire israélienne, Israël va au-devant d’une forte pression internationale. Les perspectives d’une résolution du conflit israélo-palestinien ont rarement paru plus sombres.

Le ministre Nicholson a également rencontré le président d’Israël, Reuven Rivlin, avec qui il a discuté, selon le communiqué du ministère canadien des Affaires étrangèers, des priorités du nouveau gouvernement israélien, du processus de paix au Moyen-Orient et des grands défis auxquels fait face Israël en matière de sécurité, notamment en ce qui a trait à l’Iran, au Hamas, au soi-disant État islamique en Iraq et en Syrie et à d’autres menaces régionales.

« ‎Israël est une nation de liberté et de démocratie dans une région où la répression et l’instabilité sont la réalité », a déclaré à cette occasion le chef de la diplomatie canadienne.

Le ministre canadien des Affaires étrangères a aussi rendu hommage aux victimes de l’Holocauste au monument commémoratif de Yad Vashem.

« Le monument commémoratif de Yad Vashem nous rappelle douloureusement l’une des périodes les plus sombres de notre histoire », a déclaré le ministre Nicholson. « Il est de notre devoir de perpétuer le souvenir des six millions de Juifs, parmi lesquels un million et demi d’enfants, qui ont été assassinés, et d’honorer les héroïques survivants. Alors que le monde est témoin d’une résurgence de l’antisémitisme, notre gouvernement est résolu à combattre cette haine pernicieuse sous toutes ses formes, pour faire en sorte que les leçons apprises de l’Holocauste restent gravées dans nos mémoires, et à s’exprimer en faveur du droit d’Israël de se défendre lui-même. »

Après Israël, M. Nicholson devait se rendre en Cisjordanie occupée et rencontrer son homologue palestinien Riyad al-Malki.

*Avec AFP

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.