Les États-Unis déploieront des armements lourds sur tout le flanc Est de l’OTAN

0
Le Secrétaire américain à la Défense Ash Carter, à droite, serre la main de Mikk Marran, le Secrétaire permanent du ministère estonien de la Défense, à son arrivée à Tallinn, en Estonie, le 22 juin, 2015. Carter est en Europe pour rencontrer les ministres européens de la Défense de participer à sa première rencontre  ministérielle de l'OTAN en tant que Secrétaire de la Défense. (Maître Sergent Adrian Cadix/US Air Force/DoD)
Le Secrétaire américain à la Défense Ash Carter, à droite, serre la main de Mikk Marran, le Secrétaire permanent du ministère estonien de la Défense, à son arrivée à Tallinn, en Estonie, le 22 juin, 2015. Carter est en Europe pour rencontrer les ministres européens de la Défense de participer à sa première rencontre ministérielle de l’OTAN en tant que Secrétaire de la Défense. (Maître Sergent Adrian Cadix/US Air Force/DoD)

Les États-Unis vont temporairement déployer des armements lourds pour une brigade dans les pays d’Europe centrale et orientale, afin de renforcer l’OTAN sur son flanc Est, a déclaré mardi à Tallinn le secrétaire américain à la Défense, Ashton Carter.

« Nous allons temporairement stationner des armements pour une brigade, comprenant des véhicules de combats et des équipement associés, dans les pays de l’Europe centrale et orientale », a déclaré M. Carter lors d’une conférence de presse.

Il a précisé qu’il s’agira notamment de chars et des équipement d’artillerie mobile pour l’infanterie.

Une brigade américaine compte environ 5.000 hommes.

L’Estonie, ainsi que la Lituanie, la Lettonie, la Bulgarie, la Roumanie et la Pologne ont accepté d’accueillir du matériel suffisant pour équiper entre une compagnie et un bataillon. Ce matériel tournera dans la région pour entraînements et exercices, a ajouté M. Carter.

Des armes lourdes américaines seront ainsi déployées pour la première fois dans ces pays qui ont adhéré à l’Otan et qui, avant la chute du mur de Berlin, appartenaient à la sphère d’influence de l’Union soviétique.

Les pays baltes et d’autres pays d’Europe de l’Est sont très inquiets depuis l’annexion de la Crimée et les combats en Ukraine, où des séparatistes pro-russes contestent l’autorité de Kiev dans l’est du pays.

Selon le secrétaire général de l’Otan Jens Stoltenberg, venu la semaine dernière en Pologne pour assister au premier grand exercice de la nouvelle Force de réaction très rapide de l’Alliance, l’OTAN fournit son plus grand effort de défense depuis la fin de la guerre froide, du fait de nouvelles menaces telles que le groupe État islamique et le comportement de la Russie en Ukraine.

Le projet américain de déployer des armes lourdes en Europe centrale et orientale a déjà provoqué la colère du président russe Vladimir Poutine, qui a en réponse annoncé le renforcement de son arsenal nucléaire avec le déploiement de plus de 40 nouveaux missiles intercontinentaux d’ici la fin de l’année.

Après Tallinn, M. Carter doit se rendre à Bruxelles pour la réunion des ministres de la Défense de l’Otan mercredi et jeudi, avant une escale en Allemagne vendredi pour y assister à des manœuvres associant 12 pays européens.

Les commentaires sont fermés.