Les navires militaires italiens et irlandais secourent des centaines de migrants en Méditerranée

0
Le  navire militaire irlandais LÉ Eithne a porté secours à 310 personnes, dont 39 mineurs, qui se trouvaient à bord d'une barge à environ 50 kilomètres au nord de la côte de la Libye le 6 juin. (Irish Defense Forces)
Le navire militaire irlandais LÉ Eithne a porté secours à 310 personnes, dont 39 mineurs, qui se trouvaient à bord d’une barge à environ 50 kilomètres au nord de la côte de la Libye le 6 juin. (Irish Defense Forces)

Des navires militaires italiens et irlandais ont secouru des centaines de passagers à bord de bateaux de migrants en Méditerranée, alors que des navires de plusieurs autres pays, dont le Royaume-Uni, géraient des hordes de gens fuyant la Libye dans des opérations de trafic humain.

Le navire italien Nave Driade a sauvé 560 migrants, hommes, femmes et enfants, dans une opération de plusieurs heures, après qu’un bateau de passeurs eut éprouvé des difficultés.

Un navire militaire irlandais, le LÉ Eithne, a quant à lui porté secours à 310 personnes, dont 39 mineurs, qui se trouvaient à bord d’une barge à environ 50 kilomètres au nord de la côte de la Libye. La veille, le même navire avait sauvé 113 personnes.

Parmi les autres navires déployés, on comptait un navire de guerre britannique, le HMS Bulwark, qui a quitté le port samedi pour venir en aide à un certain nombre de bateaux de passeurs durant une mission de recherche et de sauvetage. Deux hélicoptères l’aidaient à repérer les embarcations en détresse.

Jusqu’à maintenant, cette année, des centaines de milliers de migrants ont atteint l’Italie. Beaucoup ont été secourus par des navires de l’Irlande, de Malte, du Royaume-Uni et d’ailleurs. La garde-côtière italienne envoie fréquemment des navires-cargo se trouvant dans les parages pour les secourir. Des organismes humanitaires contribuent aussi aux sauvetages, qui sont souvent nécessaires lorsque les passeurs envoient une dizaine de bateaux au large par temps calme.

Plus tôt samedi, la police sicilienne a arrêté un passeur présumé qui, selon les autorités, a tenté une nouvelle tactique pour amener des migrants à destination, soit en mettant seulement quelques passagers sur un plus petit bateau pour ne pas être repéré. La police de Ragusa a indiqué qu’un Tunisien était détenu le temps de mener l’enquête, après que 12 de ses concitoyens sur un bateau de bois ont rapporté aux autorités qu’il leur avait promis de les mener jusqu’à une plage isolée près de Taprani, dans l’ouest de la Sicile.

Un autre passeur présumé, de la Gambie, a aussi été arrêté. Il est soupçonné d’avoir fait traverser 116 migrants africains.


Le LÉ Eithne et l’opération Life Jackets en Méditerranée (Irish Defense Forces Mag)

Les commentaires sont fermés.