Millième sortie et centième frappe par l’aviation royale canadienne dans la lutte contre l’EI

0
Un avion de chasse CF-18 Hornet à l'intérieur d'un système d'abri modulaire pour aéronefs, au Camp Patrice Vincent, au Koweït, lors de l'Opération Impact, le 26 mai 2015. (MDN)
Un avion de chasse CF-18 Hornet à l’intérieur d’un système d’abri modulaire pour aéronefs, au Camp Patrice Vincent, au Koweït, lors de l’Opération Impact, le 26 mai 2015. (MDN)

Deux étapes importantes ont été récemment franchies par les avions du Canada, soit la barre d’un millier de sorties effectuées, et plus de 100 frappes aériennes à l’appui de la campagne aérienne de la coalition en Irak et en Syrie.

En octobre 2014, le Canada a envoyé six chasseurs CF-18 Hornet, un aéronef de ravitaillement CC-150 Polaris et deux aéronefs de patrouille CP-140 Aurora dans le cadre de l’opération IMPACT. Ces aéronefs contribuent aux opérations aériennes de la coalition en menant des missions de renseignement, de surveillance et de reconnaissance, en assurant le ravitaillement aérien et en effectuant des frappes aériennes à l’aide de munitions à guidage de précision.

En date du 6 juin 2015, les aéronefs canadiens avaient effectué 1.016 sorties. Ce chiffre englobe les 661 sorties des chasseurs CF-18 Hornet, les 185 missions de reconnaissance des aéronefs de patrouille CP-140 Aurora et les 170 sorties de l’aéronef de ravitaillement CC-150 Polaris, qui a livré plus de 10 millions de livres de carburant aux aéronefs de la coalition.

Deux jours plus tard, le 8 juin 2015, les CF-18 ont aussi franchi la barre des 100 frappes aériennes.

L’Opération IMPACT, la contribution canadienne aux opérations de la coalition contre le groupe armé État islamique consiste en environ 600 membres du personnel – dont des éléments d’appui au personnel navigant comme celui affecté au commandement et au contrôle et à la logistique. Ce chiffre comprend les 70 membres des forces spéciales qui travaillent déjà auprès des Forces américaines à titre de conseillers, fournissant des conseils stratégiques et tactiques aux forces de sécurité irakiennes.

De nombreux facteurs déterminent la fréquence des frappes aériennes dans un contexte de coalition, notamment la disponibilité des cibles, comme nous l’indiquait le mois dernier, l’ancien commandant de la Force opérationnelle interarmées en Irak, le brigadier-général Dan Constable. La coalition dirigée par les États-Unis coordonne l’utilisation des chasseurs CF-18 en tenant compte des besoins opérationnels.

Le 30 mars 2015, la mission des Forces armées canadiennes a été officiellement prolongée pour une durée maximale d’un an, en plus d’être élargie pour permettre des frappes aériennes contre des cibles de l’EIIS en Syrie.

«Je suis fier de nos hommes et de nos femmes en uniforme qui continuent d’apporter des contributions importantes aux opérations de la coalition. Les étapes franchies prouvent à nouveau la capacité des Forces armées canadiennes à se battre aux côtés de leurs alliés et à affaiblir la capacité de l’EIIS à mener des opérations dans la région», a dit par voie de communiqué Jason Kenney, ministre de la Défense nationale.

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT #OpLENTUS

Les commentaires sont fermés.