Négociation de Genève: le gouvernement yéménite ne veut discuter que du retrait des rebelles

0
L'envoyé spécial du CCG pour le Yémen Saleh Al-Qunaieer, le secrétaire général du CCG Abdullatif al-Zayani, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon et l'envoyé spécial des Nations unies pour le Yémen Ismail Ould Cheikh Ahmed le 14 juin 2015 dans les bureaux de l'ONU à Genève. (Fabrice Coffrini/AFP)
L’envoyé spécial du CCG pour le Yémen Saleh Al-Qunaieer, le secrétaire général du CCG Abdullatif al-Zayani, le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon et l’envoyé spécial des Nations unies pour le Yémen Ismail Ould Cheikh Ahmed le 14 juin 2015 dans les bureaux de l’ONU à Genève. (Fabrice Coffrini/AFP)

Le gouvernement yéménite en exil ne discutera avec les rebelles chiites à Genève que de l’application de la résolution 2216 du Conseil de sécurité de l’ONU, a réaffirmé mardi le président Abd Rabbo Mansour Hadi.

Notre délégation à Genève ne discutera que des modalités d’application de la 2216 qui exige le retrait des rebelles des zones qu’ils ont conquises depuis l’an dernier, a-t-il dit devant une réunion extraordinaire de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) à Jeddah, sur la côte ouest de l’Arabie saoudite.

Au même moment, les rebelles chiites Houthis et leurs alliés ont déclaré à Genève refuser tout dialogue avec le gouvernement en exil et demandé à discuter directement avec l’Arabie saoudite pour tenter d’obtenir l’arrêt des raids aériens les visant.

La réunion de Jeddah au niveau des ministres des Affaires étrangères est consacrée à la situation au Yémen où une coalition conduite par l’Arabie saoudite mène depuis deux mois et demi des raids aériens pour empêcher les Houthis de prendre le contrôle total du pays.

Adoptée le 14 avril, la 2216 a réaffirmé la légitimité du gouvernement yéménite, imposé des sanctions aux rebelles et les a sommés de se retirer de la capitale et des régions qu’ils occupent depuis l’été 2014.

Avant de se rendre à Genève, la délégation du gouvernement en exil a souligné que la base des consultations inter-yéménites était l’application pure et simple de la résolution 2216.

Nous n’accepterons aucun retour à la case départ, a encore dit M. Hadi à propos d’une éventuelle renégociation d’un accord politique conclu en septembre avec les Houthis avant l’entrée de ces derniers dans la capitale Sanaa.

M. Hadi a par ailleurs appelé les pays de l’OCI à augmenter l’aide humanitaire à son pays, un appel soutenu par le ministre koweïtien des Affaires étrangères, cheikh Sabah Khaled al-Sabah, dont le pays a récemment fait don de 100 millions de dollars au Yémen.

Le Yémen a sombré dans le chaos depuis que les rebelles Houthis ont pris la capitale Sanaa en septembre et avancé vers Aden, au sud, forçant le président Hadi à l’exil en Arabie saoudite.

Le conflit a fait près de 2.000 morts et poussé plus de 545.000 personnes à quitter leur foyer, selon l’ONU qui a qualifié la situation humanitaire dans ce pays de catastrophique

Les commentaires sont fermés.