Nouvelles mesures pour favoriser l’utilisation de chiens de soutien par les vétérans

0
Un chien de service, à Ottawa, le 4 juin 2014. (Archives/Nicolas Laffont/45eNord.ca)
Un chien de service, à Ottawa, le 4 juin 2014. (Archives/Nicolas Laffont/45eNord.ca)

Le ministre des Anciens Combattants, Erin O’Toole  a annoncé aujourd’hui un appui financier et une uniformisation des normes nationales concernant l’utilisation de chiens de soutien par les vétérans atteints d’un problème de santé mentale, notamment de stress post traumatique.

En visite au National Service Dogs House and Training Centre, à Cambridge, dans l’Ontario, le ministre a pu rencontrer des membres d’organismes de vétérans et d’organismes spécialisés dans le dressage de chiens de soutien psychiatrique.

L’objectif derrière cet établissement de normes nationales est de garantir l’uniformité de règles dans tout le pays en ce qui a trait aux chiens de soutien psychiatrique. Une aide financière s’élevant à 340.000 $ viendra appuyer financièrement cette démarche d’uniformisation normative.

C’est l’Office des normes générales du Canada qui dirigera l’élaboration des normes en consultation avec des organismes de vétérans et des dresseurs de chiens de soutien psychiatrique.

Ces initiatives font suite aux résultats encourageants apportés par les projets de recherches sur les bienfaits de l’utilisation de chien de soutien psychiatrique pour les vétérans souffrants de stress post-traumatique.

Les chiens de soutien psychiatrique sont dressés pour aider une personne atteinte d’un problème de santé mentale en effectuant des tâches en réponse à un signal.

Compagnons fidèles, ces chiens aident leur maître à gérer maints symptômes courants d’état de stress post traumatique et les éloignent de situations stressantes. Ils servent aussi d’appui physique si le maître éprouvait une perte d’équilibre.

Nous espérons que les projets en cours confirmeront ce que les vétérans nous ont dit au sujet des bienfaits que leur procurent les chiens de soutien psychiatrique, et comment ces animaux ont contribué à l’amélioration de leur qualité de vie.
Erin O’Toole, ministre des Anciens Combattants

Avec un maximum de 50 vétérans canadiens et chiens de soutien, ainsi qu’un financement de 50.000 $, les autorités espèrent pouvoir miser sur un projet pilote innovateur et de premier ordre. La recherche aidera à établir des normes de service pour les chiens de soutien à l’intention des vétérans, et leur certification dans l’ensemble des pays alliés.

Rappelons qu’à l’heure actuelle, le Canada  dispose d’un réseau de 27 cliniques de soins spécialisés en santé mentale où les vétérans peuvent recevoir des services de soin. De plus, les vétérans et leurs familles ont en principe la possibilité d’accéder, par téléphone, à des soins immédiats de consultation en matière de santé mentale de la part d’un professionnel via  numéro  sans frais du service d’écoute téléphonique.

Un communiqué du ministère des anciens combattants précise qu’Anciens Combattants Canada et la Commission de la santé mentale du Canada collaborent encore à l’élaboration d’un programme de premiers soins de santé mentale qui viserait spécifiquement les vétérans.

Etudiant en relations internationales à Sciences po Toulouse en France, Bastien se passionne pour les questions de défense et de sécurité à l’internationale. Sa curiosité prononcée pour l’actualité militaire et l’attrait du journalisme l’on incité à rejoindre l’équipe de 45eNord en tant que stagiaire.

Les commentaires sont fermés.