Plus nombreuses et plus meurtrières: hausse des attaques terroristes de 35% en 2014

0

Des attaques attribuées au groupe armé État islamique et aux djihadistes de Boko Haram ont contribué à faire bondir du tiers le nombre d’attentats terroristes l’an dernier, pendant que le nombre de meurtres était presque multiplié par deux et le nombre d’enlèvements par trois.

Le rapport annuel du département d’État américain sur le terrorisme révèle que près de 33 000 personnes ont perdu la vie lors de quelque 13 500 attentats terroristes en 2014.

Cela se compare à environ 18 000 morts survenues lors de près de 10 000 attaques en 2013.

Le nombre d’enlèvements a bondi de 3137 en 2013 à 9428 en 2014.

Le rapport attribue la hausse du nombre d’attaques à une intensification du terrorisme en Irak, en Afghanistan et au Nigeria, tandis que l’alourdissement du bilan découle des attaques de plus en plus meurtrières commises dans ces pays et ailleurs. Vingt attaques ont fait au moins 100 morts chacune en 2014, contre seulement deux en 2013.

L’année 2014 a notamment été le théâtre de l’attaque terroriste la plus meurtrière depuis les attentats du 11 septembre 2001, quand des militants du groupe État islamique ont attaqué la prison de Mossoul, en Irak, faisant 670 morts.

Des attentats terroristes ont été commis dans 95 pays en 2014, mais étaient concentrés au Moyen-Orient, dans le sud de l’Asie et dans l’ouest de l’Afrique. L’Irak, le Pakistan, l’Afghanistan, l’Inde et le Nigeria représentaient plus de 60 % des attaques; avec l’ajout de la Syrie, cela représente près de 80 % de toutes les pertes de vie, dit le rapport.

Le bond du nombre d’enlèvements est attribué à la hausse des enlèvements de groupe par des organisations terroristes en Syrie, notamment par le groupe État islamique et par le Front al-Nosra associé à Al-Qaïda.

Au Nigeria, Boko Haram s’est rendu coupable de la quasi-totalité des près de 1300 enlèvements recensés en 2014, dont ceux de centaines d’écolières à Chibok. En comparaison, on dénombrait moins d’une centaine d’enlèvements associés au terrorisme au Nigeria en 2013, selon le rapport.

Le rapport rendu public vendredi note la «capture sans précédent» de territoires en Irak et en Syrie par le groupe État islamique en 2014, en plus de s’inquiéter de sa capacité à attirer des combattants étrangers de partout dans le monde et de l’émergence de filiales autoproclamées en Libye, en Égypte et au Nigeria.

Le document met en lumière une hausse des attaques commises par des «loups solitaires» en Occident et le recours par les terroristes à des méthodes de plus en plus extrêmes pour écraser et contrôler les communautés sous leur emprise.

Au même moment, le rapport dit que les efforts régionaux et internationaux lancés contre le groupe État islamique et d’autres organisations commencent à donner des résultats.

150619 Country Report on Terrorism 2014

Les commentaires sont fermés.