Rencontre Kenney-Poltorak en Ukraine: le régiment ultranationaliste Azov exclu de l’entraînement canadien

0
Le ministre de la Défense canadien, Jason Kenney, a rencontré vendredi 26 juin à Kiev son homologue, le colonel-général Poltorak, avec qui il examiné l’engagement du Canada, qui comprend environ 200 militaires des Forces armées canadiennes qui aideront à former les forces de la sécurité de l’Ukraine. (Compte Twitter/@jkenney)
Le ministre de la Défense canadien, Jason Kenney, a rencontré vendredi 26 juin à Kiev son homologue, le colonel-général Poltorak, avec qui il examiné l’engagement du Canada, qui comprend environ 200 militaires des Forces armées canadiennes qui aideront à former les forces de la sécurité de l’Ukraine. (Compte Twitter/@jkenney)

Le régiment ultranationaliste Azov n’est rien de plus qu’«un petit nombre de pommes pourries» qui ne devraient pas être autorisées à définir l’image de l’Ukraine, a déclaré ce vendredi le ministre de la Défense nationale, Jason Kenney qui rencontrait aujourd’hui plusieurs cadres supérieurs du gouvernement ukrainien à Kiev lors de la première journée de sa visite de deux jours à ce pays.

Le ministre Kenney a assisté aussi à des réunions bilatérales avec le président ukrainien, Petro Poroshenko, le premier ministre Arseniy Yatseniuk, le ministre de la Défense, le colonel-général Stepan Poltorak et le ministre des Affaires étrangères, Pavlo Klimkin.

Pendant ces rencontres, le ministre a réitéré l’engagement continu du Canada à appuyer l’Ukraine face aux actes d’agression du régime Poutine, et a renforcé notre soutien concernant les réformes économiques et démocratiques de l’Ukraine.

«La campagne d’agression de Vladimir Poutine contre l’Ukraine ne peut pas continuer. Les Canadiens peuvent être fiers de l’appui que notre pays fournit par l’entremise des Forces armées canadiennes, pour aider l’Ukraine à préserver sa souveraineté et son intégrité territoriale.», a déclaré Jason Kenney.

Mais le régiment Azov « out »

Plusieurs voient plutôt dans le régiment ultranationaliste ukrainiens Azov des néonazis, des suprématistes blancs, des extrémistes et des têtes brûlées.(Courtoisie/Alexander Maksimenko/Sputnik)
Lors de sa rencontre avec le ministre de la Défense, le colonel-général Poltorak, ils ont examiné l’engagement du Canada, qui comprend environ 200 militaires des FAC qui aideront à former les forces de la sécurité de l’Ukraine, comme il a été annoncé par le premier ministre Harper au mois d’avril cette année.

Les ministres ont discuté de l’arrivée récente d’une équipe de reconnaissance, qu’ils visiteront ensemble demain à Yayoriv, dit le communiqué du ministère canadien de la Défense Ils ont aussi noté qu’ils étaient heureux de voir cet engagement aller de l’avant.

Mais, le ministre a toutefois indiqué que le régiment ultranationaliste Azov ne recevrait, lui, aucun entraînement ni appui de la part du Canada

Si certains voient dans les 1500 hommes des patriotes prêts à se battre pour faire reculer les séparatistes appuyés par la Russie, plusieurs voient plutôt dans le régiment Azov des néonazis, des suprématistes blancs, des extrémistes et des têtes brûlées.

« Nous ne devons pas permettre qu’un petit nombre de pommes pourries dans un bataillon définisse la nouvelle Ukraine », a déclaré le ministre canadien, ajoutant que « La nouvelle Ukraine est pro-occidentale et axée sur les valeurs démocratiques. », laissant entendre qu’il n’y avait pas de place pour de pareils groupes extrémistes et précisant que le gouvernement de Stephen Harper n’allait pas, pour sa part, soutenir les groupes aux idées extrémistes.

Le ministre Kenney a aussi rencontré le ministre des Affaires étrangères de l’Ukraine Klimkin avec qui il a discuté des manières que le gouvernement du Canada peut continuer ses efforts conformément à la déclaration d’intention signée par l’ancien ministre de la Défense nationale Nicholson, au mois de décembre 2014, surtout le volet concernant le renforcement des capacités de défense.

Les ministres ont aussi parlé des occasions de travailler ensemble en ce qui concerne la collaboration militaire technique et des activités conjointes en commerce, développement et approvisionnement.

Rencontres avec Porochenko et Iatseniouk

Le ministre Kenney s’est également entretenu avec le président ukrainien Petro Porochenko avant de visiter les centres d’entraînement où les troupes canadiennes seront basées plus tard cet été. Pendant sa rencontre avec le président ukrainien , le ministre Kenney a discuté de l’appui continu du Canada envers l’Ukraine dans ses efforts visant à contrer les actes d’agression du régime Poutine, ce qui comprend un soutien solide pratique prenant la forme de matériel militaire non létale et de la formation qui aidera à moderniser et améliorer l’efficacité opérationnelle des forces armées ukrainiennes.

Il a aussi rencontré avec le premier ministre Iatseniuk et réaffirmé à cette occasion l’engagement solide du Canada visant à obtenir des ententes de collaboration et des projets conjoints qui amélioreront le développement économique de l’Ukraine, qui encourageront la primauté du droit, et qui permettront à l’Ukraine de défendre sa souveraineté.

Tandis qu’il était à Kiev, le ministre Kenney a aussi déposé une couronne de fleurs à la rue Heaven Hundred pour rendre hommage aux victimes des fusillades Maidan, le conflit le plus violent entre des manifestants et des policiers avant la chute du régime Yanukovych, au mois de février 2014.

Le ministre Kenney a aussi rencontré des chefs religieux, comme le patriarche Filaret de l’Église orthodoxe ukrainienne – Patriarcat de Kiev, et Mustafa Djemilev, chef communautaire des Tatares de Crimée, pour discuter des libertés religieuses en Ukraine, y compris en Crimée.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.